Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

ETATS-UNIS

Wikipédia ferme sa version anglophone pour dénoncer une loi antipiratage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2012

Une loi contre le piratage en ligne est à l'étude au Congrès américain. Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, a fermé son site en anglais et appelé les internautes à le suivre dans sa lutte contre ce qu'il estime être un projet de "censure".

AFP - L'encyclopédie en ligne Wikipédia a annoncé lundi son intention de fermer ses pages en anglais pendant 24 heures mercredi afin de protester contre des propositions de loi antipiratage actuellement à l'étude au Congrès américain.

"Avertissement aux étudiants! Faites vos devoirs en avance. Wikipédia proteste mercredi contre une mauvaise loi", a écrit Jimmy Wales, fondateur de l'encyclopédie participative en ligne sur Twitter.

"Les derniers détails sont à l'étude, mais le consensus semble se faire sur un black-out total plutôt que partiel", écrit-il. "Ca va être dingue. J'espère que Wikipedia va faire sauter le système téléphonique de Washington mercredi! Passez le message à toutes vos connaissances".

"La liberté n'est jamais donnée par l'oppresseur, elle doit être exigée par l'opprimé," écrit M. Wales en citant le leader noir américain pour les droits civiques Martin Luther King, "et, mercredi, Wikipedia exige".

Les propositions de loi "Stop Online Piracy Act", déposée à la Chambre des représentants, et "Protect IP Act", étudiée au Sénat, visent à combattre le piratage en ligne.

Elles ont reçu le soutien de Hollywood, de l'industrie musicale et de la Chambre de commerce américaine.

Mais en décembre, plusieurs pionniers de l'internet, comme les fondateurs d'eBay, Google, Twitter, Yahoo! et Wikipedia, avaient publié une lettre ouverte s'inquiétant des projets du Congrès.

Selon eux, les propositions à l'étude "donneraient au gouvernement américain le pouvoir de censurer l'internet en utilisant des procédures similaires à celles employées par la Chine, la Malaisie ou l'Iran".

"Nous avons tous eu la chance de fonder des groupes ou des associations [...] qui promouvaient l'esprit d'entreprise, l'innovation, la création de contenu et la libre expression en ligne", écrivaient-ils, disant craindre que l'environnement ayant permis leur succès ne soit remis en cause par les élus. Wikipédia, qui a fêté le 15 janvier son 11e anniversaire, assure être la plus importante encyclopédie au monde avec plus de 20 millions d'articles en 282 langues.
 

Première publication : 17/01/2012

  • INTERNET

    Rupert Murdoch voit en Google le "chef de file des pirates" en ligne

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    Pour le fondateur de Wikipédia, "il est nécessaire d’attirer des gens de profils différents"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)