Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FRANCE

François Hollande défend ses positions sur l'Education Nationale contre une partie de son camp

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2012

François Hollande a vivement réagi au communiqué de Benoît Hamon, porte-parole du PS, qui, avec d'autres membres du parti, a critiqué ses mesures sur l'enseignement.

François Hollande a adressé mercredi une "sévère mise au point" à son équipe de campagne lors d'une réunion de son conseil politique, après la critique de l'aile gauche du PS sur sa mesure phare relative aux 60.000 postes dans l'éducation, a-t-on appris auprès de participants.

La veille, Benoît Hamon, porte-parole du parti, Henri Emmanuelli et Marie-Noëlle Lienemann, s'étaient indignés dans un communiqué commun que cette mesure se réalise par "rédéploiement" et non par des créations nettes de postes.



"François Hollande a fait une sévère mise au point en disant qu'il fallait savoir si on voulait gagner", a affirmé un participant à l'AFP.

Selon un autre participant au conseil politique, M. Hollande a affirmé: "On a tout pour gagner. Si on ne gagne pas, on ne le devra qu'à nous-mêmes, vous n'êtes pas obligés de vous commenter les uns et les autres et de m'obliger à corriger les uns et les autres".

"Le sentiment général, c'est que c'était très déplacé de la part du porte-parole" de faire ce communiqué. "Tout le monde était mal à l'aise", a-t-on ajouté.

Le "conseil politique élargi" réunissait notamment mercredi Pierre Moscovici, Manuel Valls, Martine Aubry, Bertrand Delanoë, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Ségolène Royal, Jean-Marc Ayrault, François Rebsamen, Jérôme Cahuzac, Harlem Désir et Jean-Michel Baylet. Benoît Hamon n'était pas présent.
 

Première publication : 18/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande dévoile l'esprit de sa campagne en Corrèze

    En savoir plus

  • FRANCE

    Plus de 100 000 enseignants ont défilé mardi pour protester contre les suppressions de postes

    En savoir plus

  • FRANCE - PRÉSIDENTIELLE

    L'équipe de campagne du candidat PS François Hollande dévoilée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)