Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy promet de débloquer 430 millions d'euros pour l'emploi

©

Vidéo par Achren ALLAHVERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2012

Lors du sommet social mercredi, Nicolas Sarkozy a promis près d'un demi-milliard d'euros pour financer l'emploi et la formation. Un millier de salariés devrait être embauché à Pôle Emploi, et un plan de formation pour les chômeurs sera engagé.

AFP - A trois mois de la présidentielle, Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi lors d'un "sommet de crise" des mesures immédiates pour tenter d'endiguer le chômage et reporté à la fin janvier ses décisions sur les sujets qui fâchent comme la TVA sociale, fustigée par les syndicats.

A l'issue de quatre heures de discussions selon lui "apaisées" avec les numéros 1 de cinq syndicats et trois organisations patronales, le chef de l'Etat a d'abord mis sur la table une enveloppe de 430 millions d'euros face à une "situation sur le front l'emploi extrêmement préoccupante" qui nécessite des "décisions fortes et rapides".

Ces dispositions visent à muscler l'activité partielle et la formation des chômeurs et prévoit le recrutement de 1.000 CDD à Pôle emploi. Pour doper l'emploi des jeunes, le gouvernement a décidé d'exonérer de charges pendant six moins l'embauche de jeunes dans les très petites entreprises.

M. Sarkozy a précisé que cet effort serait financé par "redéploiement" de crédits déjà existants, pour éviter de creuser les déficits, et qu'il pourrait être "doublé" par le Fonds social européen (150 millions d'euros) et des fonds paritaires qui gèrent la formation des salariés.

Au-delà de l'urgence, le chef de l'Etat a surtout confirmé sa volonté de faire voter avant le scrutin des 22 avril et 6 mai un paquet de réformes controversées, comme la TVA sociale et la flexibilité du temps de travail, qu'il a justifié par la "gravité de la crise".

Outre ces deux projets emblématiques, il a promis une "réforme radicale" de la formation professionnelle, des "mesures extrêmement puissantes" sur le logement et redit sa volonté d'instaurer une taxe sur les transactions financières dont les contours seront précisés "à la fin du mois".

"On ne peut pas attendre les échéances politiques pour décider (...) se réfugier dans l'attentisme, ce serait donner raison à tous ceux qui jouent sur l'impuissance du politique et du syndicalisme pour prospérer", a-t-il lancé en référence à la progression de la candidate du Front national Marine Le Pen dans les sondages d'intention de vote.

Après la dégradation financière de la France, le président a fait de ces réformes, qui doivent améliorer la compétitivité des entreprises, une de ses cartes pour tenter d'emporter un second mandat, alors qu'il est toujours donné largement battu par son rival PS François Hollande.

M. Sarkozy a assuré avoir "entendu" les remarques des syndicats, farouchement hostiles à ses projets mais a confirmé qu'il annoncerait ses décisions devant les Français "à la fin du mois".

D'ici là, le gouvernement poursuivra ses "contacts avec les parlementaires", a-t-il dit. La gauche refuse toute idée de TVA sociale, ainsi qu'une partie de la droite, qui a payé de la perte de dizaines de sièges de députés un précédent débat sur la TVA sociale entre les deux tours des législatives de 2007.

Sur le perron de l'Elysée, la patronne du Medef Laurence Parisot s'est réjouie des intentions du président. "Beaucoup de sujets ont été abordés avec une ligne directrice claire: la compétitivité de notre pays", a-t-elle dit.

Laurence Parisot: "le MEDEF s'engage sur un objectif de 60000 embauches en 2012"



A l'inverse, les leaders syndicaux n'ont pas caché leurs réticences, voire leur franche hostilité. Le patron de la CGT, Bernard Thibault, a estimé que les décisions d'urgence n'auraient "pas d'impact véritable sur la situation de l'emploi aujourd'hui" et a appelé à la "poursuite de la mobilisation" contre les décisions à venir de Nicolas Sarkozy.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mercredi à Paris pour dénoncer, à l'appel de la CGT, de la FSU et de Solidaires, un sommet "antisocial convoqué pour la forme".

Plus nuancé, le numéro 1 de la CFDT François Chérèque a salué "les quelques mesures utiles" du gouvernement, "même si elles ne vont pas aussi loin que nous le souhaitions". Mais il a aussi déploré "le flou total sur les futures décisions du gouvernement" et répété son opposition à une augmentation de la TVA, qui "n'a rien de sociale".

"Nous avons des réponses sur certains points comme le chômage partiel", a salué son collègue de FO Jean-Claude Mailly, avant de rappeler son opposition catégorique à toute forme de TVA sociale.

 

Première publication : 18/01/2012

  • FRANCE

    TVA sociale : sitôt évoquée, sitôt controversée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un sommet social de "crise" coincé entre la perte du triple A et la présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)