Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le Saoudien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La dérive morale de Tsahal"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

asie

Islamabad refuse la visite du représentant spécial américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2012

Les autorités ont refusé un droit d'entrée, mercredi, à l'émissaire américain chargé du dossier Afghanistan-Pakistan, Marc Grossman, sans en préciser les raisons. Dernièrement, les relations entre les deux pays se sont passablement refroidies.

REUTERS - Le Pakistan a rejeté la demande de visite formulée par le représentant spécial américain Marc Grossman, a annoncé mercredi un haut responsable du gouvernement pakistanais.
 
Cette source, qui ne souhaitait pas être nommée, n’a pas précisé les raisons qui avaient motivé ce refus, lequel illustre la hausse des tensions entre Washington et Islamabad.
 
« L’ambassadeur Grossman avait demandé à visiter le Pakistan, mais nous lui avons fait savoir que ce n’était pas possible pour le moment », a déclaré ce responsable à Reuters.

La relation entre les Etats-unis et le Pakistan est particulièrement tendue depuis l’attaque transfrontalière de l’Otan qui a causé la mort de 24 soldats pakistanais le 26 novembre.
 
Marc Grossman, émissaire américain en Afghanistan et au Pakistan, doit se rendre cette semaine en Afghanistan et au Qatar, indiquait mercredi dernier la secrétaire d’Etat Hillary Clinton.

Début décembre, Islamabad avait annoncé avoir décidé de redéfinir sa coopération avec les Etats-Unis et l’Otan. Le parlement a été saisi de la question mais aucune date butoir n’a été fixée pour la remise de ses conclusions au gouvernement.

Le Pakistan est également marqué par des tensions croissantes entre le pouvoir civil et l’armée, depuis la diffusion d’une note attribuée au président Asif Ali Zardari dans laquelle il aurait demandée l’aide de Washington pour limiter l’influence de son puissant état-major.
 

Première publication : 18/01/2012

  • PAKISTAN

    Memogate : l'affaire qui fait vaciller le pouvoir pakistanais

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le ministre de la Défense limogé, tensions entre l'armée et le pouvoir civil

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Attentat meurtrier dans une ville frontalière de l'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)