Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama met son veto à un projet de construction d'oléoduc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/01/2012

Le président américain s'est opposé au projet de construction de l'oléoduc géant Keystone XL entre les États-Unis et le Canada. Une décision qui n'est pas du goût des républicains mais dont se félicitent les écologistes.

AFP - Le président américain Barack Obama a rejeté mercredi le projet de construction de l'oléoduc géant controversé Keystone XL entre les Etats-Unis et le Canada, rendant ses adversaires républicains responsables de cette décision réclamée par les associations écologistes.

Cependant, le groupe TransCanada, à l'origine du projet, a immédiatement annoncé qu'il allait en présenter une nouvelle version afin de relier malgré tout les sables bitumineux canadiens au sud des Etats-Unis.

"Nous allons faire une nouvelle demande", a indiqué le patron du groupe canadien Russ Girling dans un communiqué, disant espérer qu'elle "soit traitée rapidement, de façon à permettre la mise en service de l'oléoduc fin 2014".

Le Premier ministre canadien Stephen Harper s'est déclaré "profondément déçu" par le rejet américain, lors d'un entretien téléphonique avec le président Obama, ont indiqué ses services.

"Cette annonce n'est pas liée aux mérites de l'oléoduc en eux-mêmes mais à des délais arbitraires empêchant le département d'Etat de rassembler les informations nécessaires pour approuver le projet", s'est justifié le président américain dans un communiqué.

Sous la pression des écologistes, l'administration avait reporté ce projet à 2013, après la présidentielle de novembre, afin de réaliser une étude supplémentaire sur l'environnement. Mais une disposition introduite par les républicains fin décembre, dans un projet de loi sur des allégements fiscaux, lui imposait de prendre une décision sur ce projet avant fin février.

"Je suis déçu du fait que les républicains du Congrès aient été à l'origine de cette décision, mais cela ne change pas l'engagement de mon administration envers une énergie produite aux Etats-Unis, capable de créer des emplois et de réduire notre dépendance envers le pétrole", a ajouté M. Obama, candidat à un second mandat à la tête du pays.

L'oléoduc devait courir sur 2.700 km entre la province canadienne d'Alberta et le Golfe du Mexique, pour un coût de sept milliards de dollars. Le projet devait créer 20.000 emplois aux Etats-Unis et injecter 20 milliards de dollars dans l'économie américaine, selon TransCanada, ce dont se réjouissaient les républicains.

Mais les associations écologistes s'opposaient à la construction d'une telle infrastructure soulignant les risques qu'elle ferait, selon eux, courir aux écosystèmes, ainsi que l'origine du pétrole qu'elle aurait transporté: les sables bitumineux d'Alberta, une source de pétrole qui nécessite une extraction énergivore et productrice d'un grand volume de gaz à effet de serre.

"Cette bataille ne va pas se terminer ainsi, vous pouvez compter sur nous", a réagi le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner.

"Le peuple américain continue de poser la même question: où sont les emplois? Le président avait la possibilité de créer 20.000 emplois directs et plus de 100.000 emplois indirects, mais il a dit non. Nous n'allons pas baisser les bras", a-t-il assuré au cours d'une conférence de presse.

Cette décision est "aussi choquante que révélatrice", a dénoncé de son côté Mitt Romney, le favori à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle du 6 novembre. "Le président témoigne d'un manque de sérieux en matière (d'efforts) pour réduire le chômage, restaurer la croissance économique et atteindre l'indépendance énergétique", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le président de l'ONG Natural Resources Defense Council, Frances Beinecke, a jugé de son côté que le projet avait été "rejeté pour de bonnes raisons". "Le président Obama a placé la santé et la sécurité du peuple américain, ainsi que notre air, notre terre et notre eau, nos intérêts nationaux, au-dessus des intérêts de l'industrie pétrolière", a-t-il estimé dans un communiqué.
 

Première publication : 19/01/2012

COMMENTAIRE(S)