Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

La France suspend ses opérations en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2012

Après la mort ce vendredi de quatre soldats français en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a annoncé la suspension des opérations de formation et d'aide au combat de l'armée française et a évoqué la possibilité d'un retrait anticipé des troupes.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a confirmé que quatre soldats français avaient été tués vendredi par un militaire afghan et annoncé la suspension de toutes les opérations de formation et d'aide au combat de l'armée dans ce pays, posant la question d'un retour anticipé des troupes françaises.

Quatre soldats français morts et huit blessés en Afghanistan

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a indiqué, ce vendredi 20 janvier, qu'il y avait "huit" soldats français blessés "dont un grave" parmi les 16 blessés recensés après qu'un homme portant un uniforme afghan a ouvert le feu sur des soldats de l'Otan, tuant 4 militaires français, en Afghanistan.

 

S'exprimant devant les diplomates venus lui présenter leurs voeux, le président a indiqué en outre que le ministre de la Défense, Gérard Longuet, était envoyé "immédiatement" en Afghanistan pour faire le point de la situation. Le chef d'état major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, doit l'accompagner.

"D'ici là toutes les opérations de formation, d'aide au combat de l'armée française, sont suspendues", a déclaré le président Sarkozy.

M. Longuet fera à son retour un rapport, avec le Premier ministre, François Fillon, et le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, "sur ce qu'il aura vu en Afghanistan", a poursuivi le chef de l'Etat.

"Si les conditions de sécurité ne sont clairement établies, alors se posera la question d'un retour anticipé de l'armée française", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Le processus de retrait des soldats français


"L'armée française est au côté de ses alliés, mais nous ne pouvons pas accepter qu'un seul de nos soldats soit tué ou blessé par nos alliés. C'est inacceptable, je ne l'accepterai pas", a-t-il prévenu.

"C'est une décision difficile que celle que nous aurons à prendre dans les jours qui viennent", a dit M. Sarkozy, qui a ajouté: "Mais je me devais de l'assumer face aux Français et face à nos soldats".

Quatre soldats français ont été tués vendredi par un homme portant un uniforme de l'armée afghane dans l'est de l'Afghanistan. Selon la sécurité afghane, 16 soldats français ont par ailleurs été blessés.

Quatre-vingt-deux soldats français sont morts en Afghanistan depuis le début du déploiement de la force internationale sous l'égide de l'ONU, fin 2001.

La France compte actuellement 3.600 soldats dans le pays, après le retrait de 400 de ses militaires depuis le mois d'octobre.

Première publication : 20/01/2012

COMMENTAIRE(S)