Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Asie - pacifique

La France suspend ses opérations en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2012

Après la mort ce vendredi de quatre soldats français en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a annoncé la suspension des opérations de formation et d'aide au combat de l'armée française et a évoqué la possibilité d'un retrait anticipé des troupes.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a confirmé que quatre soldats français avaient été tués vendredi par un militaire afghan et annoncé la suspension de toutes les opérations de formation et d'aide au combat de l'armée dans ce pays, posant la question d'un retour anticipé des troupes françaises.

Quatre soldats français morts et huit blessés en Afghanistan

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a indiqué, ce vendredi 20 janvier, qu'il y avait "huit" soldats français blessés "dont un grave" parmi les 16 blessés recensés après qu'un homme portant un uniforme afghan a ouvert le feu sur des soldats de l'Otan, tuant 4 militaires français, en Afghanistan.

 

S'exprimant devant les diplomates venus lui présenter leurs voeux, le président a indiqué en outre que le ministre de la Défense, Gérard Longuet, était envoyé "immédiatement" en Afghanistan pour faire le point de la situation. Le chef d'état major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, doit l'accompagner.

"D'ici là toutes les opérations de formation, d'aide au combat de l'armée française, sont suspendues", a déclaré le président Sarkozy.

M. Longuet fera à son retour un rapport, avec le Premier ministre, François Fillon, et le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, "sur ce qu'il aura vu en Afghanistan", a poursuivi le chef de l'Etat.

"Si les conditions de sécurité ne sont clairement établies, alors se posera la question d'un retour anticipé de l'armée française", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Le processus de retrait des soldats français


"L'armée française est au côté de ses alliés, mais nous ne pouvons pas accepter qu'un seul de nos soldats soit tué ou blessé par nos alliés. C'est inacceptable, je ne l'accepterai pas", a-t-il prévenu.

"C'est une décision difficile que celle que nous aurons à prendre dans les jours qui viennent", a dit M. Sarkozy, qui a ajouté: "Mais je me devais de l'assumer face aux Français et face à nos soldats".

Quatre soldats français ont été tués vendredi par un homme portant un uniforme de l'armée afghane dans l'est de l'Afghanistan. Selon la sécurité afghane, 16 soldats français ont par ailleurs été blessés.

Quatre-vingt-deux soldats français sont morts en Afghanistan depuis le début du déploiement de la force internationale sous l'égide de l'ONU, fin 2001.

La France compte actuellement 3.600 soldats dans le pays, après le retrait de 400 de ses militaires depuis le mois d'octobre.

Première publication : 20/01/2012

COMMENTAIRE(S)