Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à l'âge de 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Asie - pacifique

La France suspend ses opérations en Afghanistan

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2012

Après la mort ce vendredi de quatre soldats français en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a annoncé la suspension des opérations de formation et d'aide au combat de l'armée française et a évoqué la possibilité d'un retrait anticipé des troupes.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a confirmé que quatre soldats français avaient été tués vendredi par un militaire afghan et annoncé la suspension de toutes les opérations de formation et d'aide au combat de l'armée dans ce pays, posant la question d'un retour anticipé des troupes françaises.

Quatre soldats français morts et huit blessés en Afghanistan

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a indiqué, ce vendredi 20 janvier, qu'il y avait "huit" soldats français blessés "dont un grave" parmi les 16 blessés recensés après qu'un homme portant un uniforme afghan a ouvert le feu sur des soldats de l'Otan, tuant 4 militaires français, en Afghanistan.

 

S'exprimant devant les diplomates venus lui présenter leurs voeux, le président a indiqué en outre que le ministre de la Défense, Gérard Longuet, était envoyé "immédiatement" en Afghanistan pour faire le point de la situation. Le chef d'état major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, doit l'accompagner.

"D'ici là toutes les opérations de formation, d'aide au combat de l'armée française, sont suspendues", a déclaré le président Sarkozy.

M. Longuet fera à son retour un rapport, avec le Premier ministre, François Fillon, et le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, "sur ce qu'il aura vu en Afghanistan", a poursuivi le chef de l'Etat.

"Si les conditions de sécurité ne sont clairement établies, alors se posera la question d'un retour anticipé de l'armée française", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Le processus de retrait des soldats français


"L'armée française est au côté de ses alliés, mais nous ne pouvons pas accepter qu'un seul de nos soldats soit tué ou blessé par nos alliés. C'est inacceptable, je ne l'accepterai pas", a-t-il prévenu.

"C'est une décision difficile que celle que nous aurons à prendre dans les jours qui viennent", a dit M. Sarkozy, qui a ajouté: "Mais je me devais de l'assumer face aux Français et face à nos soldats".

Quatre soldats français ont été tués vendredi par un homme portant un uniforme de l'armée afghane dans l'est de l'Afghanistan. Selon la sécurité afghane, 16 soldats français ont par ailleurs été blessés.

Quatre-vingt-deux soldats français sont morts en Afghanistan depuis le début du déploiement de la force internationale sous l'égide de l'ONU, fin 2001.

La France compte actuellement 3.600 soldats dans le pays, après le retrait de 400 de ses militaires depuis le mois d'octobre.

Première publication : 20/01/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)