Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

asie

Paris veut à tout prix éviter une intervention militaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2012

Nicolas Sarkozy a indiqué vendredi qu'il fallait tout mettre en œuvre pour éviter une intervention militaire contre le programme nucléaire iranien. Selon lui, la paix est soluble si l'on renforce les sanctions internationales à l'encontre de Téhéran.

REUTERS - Tout doit être fait pour éviter une intervention militaire contre le programme nucléaire iranien, mais le temps est compté et la paix passera par des sanctions internationales renforcées à l’encontre de Téhéran, a déclaré vendredi Nicolas Sarkozy.

« Une intervention militaire ne règlerait pas le problème, mais elle déchaînerait la guerre et le chaos au Moyen-Orient », a dit le président de la République lors de ses voeux au corps diplomatique.

« Le temps est compté, la France fera tout pour éviter une intervention militaire », a-t-il ajouté, estimant que la seule alternative à une possible frappe israélienne était la mise en place d’un régime de sanctions « beaucoup plus fort ».

Ce régime de sanctions passera par l’arrêt de l’achat de pétrole iranien et le gel des avoirs de la banque centrale iranienne, a précisé Nicolas Sarkozy, des mesures qui doivent être décidées lundi par l’Union européenne.

Ceux qui, au Conseil de sécurité de l’Onu, refuseraient ce renforcement des sanctions porteraient la responsabilité d’une intervention militaire, a-t-il dit.
 

Première publication : 20/01/2012

  • NUCLÉAIRE

    L'AIEA se rendra en Iran fin janvier

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Paris appelle les Européens à durcir les sanctions économiques contre l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)