Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

asie

Paris veut à tout prix éviter une intervention militaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2012

Nicolas Sarkozy a indiqué vendredi qu'il fallait tout mettre en œuvre pour éviter une intervention militaire contre le programme nucléaire iranien. Selon lui, la paix est soluble si l'on renforce les sanctions internationales à l'encontre de Téhéran.

REUTERS - Tout doit être fait pour éviter une intervention militaire contre le programme nucléaire iranien, mais le temps est compté et la paix passera par des sanctions internationales renforcées à l’encontre de Téhéran, a déclaré vendredi Nicolas Sarkozy.

« Une intervention militaire ne règlerait pas le problème, mais elle déchaînerait la guerre et le chaos au Moyen-Orient », a dit le président de la République lors de ses voeux au corps diplomatique.

« Le temps est compté, la France fera tout pour éviter une intervention militaire », a-t-il ajouté, estimant que la seule alternative à une possible frappe israélienne était la mise en place d’un régime de sanctions « beaucoup plus fort ».

Ce régime de sanctions passera par l’arrêt de l’achat de pétrole iranien et le gel des avoirs de la banque centrale iranienne, a précisé Nicolas Sarkozy, des mesures qui doivent être décidées lundi par l’Union européenne.

Ceux qui, au Conseil de sécurité de l’Onu, refuseraient ce renforcement des sanctions porteraient la responsabilité d’une intervention militaire, a-t-il dit.
 

Première publication : 20/01/2012

  • NUCLÉAIRE

    L'AIEA se rendra en Iran fin janvier

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Paris appelle les Européens à durcir les sanctions économiques contre l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)