Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Le site Internet de l'Élysée pris pour cible par Anonymous

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2012

Le groupe de hackers militants Anonymous s’est brièvement introduit sur la page d’accueil du site Internet officiel de la présidence française, vendredi soir, pour protester contre le soutien de Nicolas Sarkozy à la fermeture de Megaupload.com.

AFP - Le groupe de pirates informatiques Anonymous s'en est pris vendredi brièvement au site internet de l'Elysée, dans ce qui semblait être un acte de représailles lié à la fermeture de Megaupload.com, selon des images qui circulaient encore sur la Toile dans la soirée.

Sur l'une de ces captures d'écran d'ordinateur, on pouvait lire l'expression "We Are Legion", connue pour être le slogan du groupe, insérée dans la barre de navigation lors d'une recherche sur le site officiel de la présidence française (www.elysee.fr).

En fin de journée, le site était toutefois normalement accessible, et aucun signe du piratage n'était visible.

Dans la nuit de jeudi à vendredi le président français Nicolas Sarkozy avait salué dans un communiqué la décision de la justice fédérale américaine de fermer le site Megaupload.com, une des plus importantes plateformes de partage de fichiers sur internet.

La fermeture du site a été aussitôt suivie de représailles d'Anonymous --un groupe de pirates disséminés dans le monde entier et représentés par un masque blanc et noir au sourire sarcastique--, qui a mis hors service pendant plusieurs heures les sites du FBI et du ministère de la Justice américain.

Ces cyber-attaques "par déni de service", consistant à perturber le fonctionnement d'un site en le saturant de connexions, n'ont généralement pas de conséquences graves pour les sites touchés.
 

Première publication : 21/01/2012

  • INTERNET

    Megaupload, une internationale du crime selon le FBI

    En savoir plus

  • INTERNET

    Après la mobilisation en ligne, le Sénat américain reporte le vote sur la loi Pipa

    En savoir plus

  • INTERNET

    La justice américaine ordonne la fermeture du site Megaupload

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)