Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

EUROPE

Le bilan de la catastrophe du Costa Concordia s'alourdit

©

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2012

La découverte du corps d'une femme dans la partie immergée du navire a porté samedi le nombre des victimes de la catastrophe à 12. Les secours restaient mobilisés dans la soirée alors que 20 personnes sont toujours disparues.

AFP - Le bilan du naufrage du Concordia s'est alourdi samedi avec la découverte, 8 jours après la catastrophe, du corps d'une femme dans l'épave du navire de croisière, où a aussi été repêché un disque dur pouvant donner des informations sur l'endroit où se trouvait le capitaine et ses réactions au moment de l'accident.

Les garde-côtes ont trouvé le cadavre sur un pont arrière dans la partie immergée du navire, selon un responsable des carabiniers qui a précisé qu'il "faudra des tests d'ADN pour l'identifier parce qu'il est méconnaissable après une semaine passée dans l'eau".

Pour le moment, 8 des 12 victimes du naufrage ont été identifiées formellement: six touristes --quatre Français, un Italien et un Espagnol-- ainsi qu'un serveur péruvien et un violoniste hongrois. Par ailleurs, 20 personnes sont portées disparues dont une dizaine d'Allemands, un jeune couple de Français et un autre de retraités américains.

Les recherches devaient continuer de nouveau toute la nuit au moins dans la partie émergée du navire. Des plongeurs ont récupéré samedi un disque dur contenant des images de caméras de sécurité, très utiles car situées sur la passerelle de commandement, selon les médias.

La compagnie Costa Crociere qui possède le Concordia accuse le commandant Francesco Schettino d'avoir averti trop tardivement les secours, des affirmations contestées par le capitaine, assigné à résidence depuis mardi dernier et mis en cause pour homicides multiples par imprudence, naufrage et abandon de navire.

Suspendu de ses fonctions par Costa et privé de sa tutelle légale (il doit se payer son avocat), M. Schettino a reconnu avoir fait une erreur en passant trop près des côtes de l'île, mais il dit en avoir informé rapidement Costa et nie avoir abandonné le Concordia au beau milieu des secours, affirmant être tombé dans une chaloupe.

La découverte du disque dur, venant s'ajouter à des enregistrements des conversations téléphoniques du capitaine, a eu lieu alors que le chef de la protection civile italienne, Franco Gabrielli, nommé vendredi commissaire spécial pour superviser toutes les opérations liées à la catastrophe, se trouvait sur l'île du Giglio.

Le coût du naufrage du Costa Concordia
M. Gabrielli a garanti que les autorités n'ont "fixé aucune limite de temps aux recherches" des disparus, expliquant que les sauveteurs élaborent une sorte de carte du navire pour contrôler les endroits où ces personnes se trouvaient quand l'immense navire de 17 ponts a commencé à prendre l'eau et chaviré.

Les pères de Mylène Litzler, 23 ans, et de Michaël Blémand, 25 ans, un couple français, ont lancé samedi depuis l'île du Giglio un appel à témoins dramatique en direction des 4.200 occupants du Concordia pour qu'ils fournissent "le moindre détail" sur leur position pendant l'évacuation.

L'exploration en profondeur du navire, qui a repris samedi après avoir été interrompue vendredi en raison d'oscillations du Concordia, est "un travail incroyablement complexe", selon M. Gabrielli. La progression des plongeurs est ralentie par des portes bloquées, des monceaux de meubles et des lambeaux de moquette.

Les plongeurs "accomplissent un travail héroïque", selon le curé du Giglio, Lorenzo Pasquotti, qui a remercié les pompiers de lui avoir apporté la statue de la Vierge de la chapelle du navire.

Les chances de trouver des rescapés encore en vie sont désormais "réduites au minimum", a reconnu à l'AFP Cosimo Nicastro, porte-parole des garde-côtes, évoquant un "miracle" compte tenu de "la température très basse de l'eau".

Susy, la maman de Dayana, une fillette italienne de 5 ans qui a disparu avec son père la nuit du naufrage, a imploré les secours: "Continuez de chercher Dayana".

Le préfet Gabrielli a demandé à entendre des experts médicaux pour comprendre s'il serait possible de survivre plus de 8 jours au fond de l'eau.

Parallèlement, sur le méga-ponton flottant de la société néerlandaise Smit Salvage, les préparatifs s'accéléraient pour le pompage des 2.380 tonnes de mazout que le Concordia renferme encore dans ses réservoirs et qui pourraient provoquer une marée noire.

Le préfet Gabrielli a souligné qu'"il y a déjà eu pollution, car le navire transportait de l'huile, des solvants, des détergents, tout ce qui sert à une +ville+ de 4.000 habitants". Des analyses sont en cours pour voir s'il est possible de combiner la recherche des disparus et le début du pompage.

Le paquebot est couché tel une baleine agonisante à une trentaine de mètres du rivage du Giglio, pittoresque île rocheuse de l'archipel toscan qui est aussi une réserve naturelle dont les eaux sont peuplées de thons, murènes, langoustes, rorquals ou dauphins.

Des bouées antipollution ont été disposées autour du navire pour protéger les côtes au cas où une partie des hydrocarbures s'échapperait en mer pendant la vidange des cuves, qui prendra au minimum deux ou trois semaines.

L'organisation italienne de consommateurs Codacons a annoncé le dépôt "mardi ou mercredi" d'une plainte en nom collectif d'une centaine de personnes "de toutes les nationalités" à Miami, siège de Carnival, contre ce groupe qui est la maison-mère de Costa, propriétaire du Concordia.

Le Concordia, qui effectuait une croisière en Méditerranée, s'est échoué dans la nuit de vendredi à samedi dernier après avoir percuté un rocher devant l'île du Giglio. Il était parti deux heures et demie plus tôt de Civitavecchia, avec 4.229 personnes à son bord dont 3.200 touristes de 60 nationalités et un millier de membres d'équipage de 40 pays différents.

Première publication : 21/01/2012

  • ITALIE

    Les recherches reprennent sur la partie émergée du Concordia

    En savoir plus

  • ITALIE

    Naufrage du Concordia : les autorités se mobilisent pour éviter une marée noire

    En savoir plus

  • COSTA CONCORDIA

    La France affrète un navire pour parer à toute pollution au large de la Corse

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)