Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

EUROPE

Rome adopte un plan de libéralisation pour relancer la croissance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2012

Le gouvernement de Mario Monti a lancé un programme visant à introduire davantage de concurrence dans plusieurs catégories professionnelles réputées hostiles aux réformes libérales. Le but : donner un nouveau souffle à l'économie italienne.

REUTERS - Le gouvernement italien de Mario Monti a adopté vendredi, après huit heures de réunion, un décret de libéralisation de certaines professions pour accroître la concurrence et relancer l’économie.

Les mesures sont d’ores et déjà effectives mais doivent être approuvées par le Parlement dans les 60 jours, faute de quoi elles seront abrogées.

« Nul doute qu’il y aura de nombreux commentaires sur ces mesures, les uns positifs, les autres, plus nombreux, négatifs parce que certains préfèrent le statu quo plutôt que de relever de nouveaux défis », a déclaré le chef du gouvernement à l’issue de la réunion.

Ce décret est nécessaire sinon « nous ne pourrons pas trouver un nouveau rythme de croissance », a ajouté l’ancien commissaire européen, soulignant que les nouvelles mesures vont permettre d’introduire « plus de concurrence, de réduire les rentes et de reconnaître le mérite ».

Certaines catégories professionnelles visées par ce décret sont farouchement opposées à cette libéralisation, notamment les chauffeurs de taxi, les pharmaciens et les pompistes.

Autre nouveauté, un assouplissement des règles pour les jeunes entrepreneurs italiens. « Une nouvelle forme d’entreprise est créée pour les jeunes de moins de 35 ans, la société simplifiée à responsabilité limitée: il suffira de verser un euro dans le capital et il n’y aura plus besoin d’aller chez un notaire », a indiqué le sous-secrétaire de la présidence du Conseil, Antoni Catricalà.

Le décret va permettre d’ouvrir 5.000 nouvelles pharmacies, alors qu’il en existe 18.000 dans la péninsule, a indiqué le ministre de la Santé Renato Balduzzi lors d’une conférence de presse au palais Chigi. Cinq cents postes de notaires vont également être créés.

« Peut-être que libéraliser le secteur des taxis et des pharmacies n’aura pas un grand impact sur la croissance mais ne pas le faire aurait donné l’impression que Monti n’est même pas capable de libéraliser le marché sur ces deux fronts », a dit Alberto Mingardi, directeur de l’institut Bruno Leoni.

« Le monde veut voir si une nouvelle Italie est possible ou si le pays reste bloqué (...) par des intérêts particuliers », a estimé Daniel Gros, directeur du centre d’études politiques européennes de Bruxelles.

Par ailleurs, le président du Conseil s’est félicité de la récente diminution des coûts d’emprunt de l’Italie et a jugé que l’action de son gouvernement commençait à être bien perçue à l’étranger.

« Nous avons vu une baisse agréable ces derniers jours du ‘spread’, et j’espère que cela continuera mais je ne veux pas faire de prévisions (...) », a déclaré Monti, qui a succédé à Silvio Berlusconi à la tête du gouvernement en novembre.

La semaine prochaine, le gouvernement devrait annoncer une réforme destinée à simplifier les procédures administratives.
 

 

Première publication : 21/01/2012

  • ITALIE

    Mario Monti entend s'attaquer au système des retraites et au travail

    En savoir plus

  • ITALIE

    Rome adopte définitivement le plan d'austérité de Mario Monti

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Les marchés italien et espagnol passent leur premier test de l'année avec succès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)