Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Joseph Stiglitz : "Les politiques qui ont mené à la crise toujours dominantes"

En savoir plus

FOCUS

Inde - Pakistan : une nouvelle génération prend les armes au Cachemire

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

De la Syrie à la Hongrie : une famille sur la route de l'exil

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Humour belge garanti dans "Le tout nouveau testament"

En savoir plus

FACE À FACE

Rentrée politique : les défis de François Hollande

En savoir plus

LE DÉBAT

Bonus, primes, retraites chapeaux... des "cadeaux" empoisonnés ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Réforme de l’éducation : le gouvernement doit-il revoir sa copie ?

En savoir plus

Sports

Les Bleus, vainqueurs de la Slovénie, peuvent toujours croire au miracle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/01/2012

L'équipe de France a entamé le tour principal de l'Euro-2012 de handball par une victoire contre la Slovénie (28-26). Un succès qui leur permet de conserver un infime espoir de qualification pour les demi-finales.

AFP - Toujours dans le doute, l'équipe de France a fait preuve de beaucoup de coeur pour rester en vie à l'Euro de handball avec un succès laborieux (28-26) sur la Slovénie dimanche à Novi Sad.

Ce deuxième succès du tournoi, arraché au courage, permet aux champions d'Europe en titre d'entretenir un petit espoir d'atteindre les demi-finales à Belgrade, sachant qu'ils ne sont toujours pas maîtres de leur destin.

Il leur faudra non seulement remporter leurs deux derniers matches du tour principal, mardi face à la Croatie et mercredi contre l'Islande, mais aussi compter sur une succession de résultats favorables dans les autres rencontres.

Ca a plutôt bien commencé dimanche avec la victoire 27-21 de l'Islande sur la Hongrie, bourreau des Bleus vendredi et qui est l'une des équipes qu'il faut rattraper pour espérer accrocher le dernier carré à Belgrade.

"Il faut croire jusqu'au bout en notre destin", a lâché Luc Abalo, un des meilleurs dimanche avec Xavier Barachet (6 buts) et Thierry Omeyer (15 arrêts) lors d'un match encore très imparfait mais dans lequel les Bleus ont réussi à démontrer un état d'esprit impeccable, ce qui n'était pas donné.

"Vu les enjeux, aujourd'hui c'était plus facile de lâcher que de se bagarrer", a même estimé le sélectionneur Claude Onesta, ostensiblement rassuré.

"On n'était pas très libérés mais on était courageux et volontaires alors que c'était encore mal parti, a-t-il ajouté. On a senti toute la souffrance et tous les doutes qu'il y avait. Les joueurs avaient pourtant préparé ce match en étant très proches. Mais c'est un nouveau cauchemar qui commençait."

"Pas osé y aller"

Onesta a en effet vu son équipe prendre d'entrée quatre buts de retard dans la vue et a dû attendre la quarante-cinquième minute pour la voir mener pour la première fois du match face à une équipe slovène certes prometteuse, mais toujours seulement onzième du dernier Euro et absente du Mondial-2011.

Assez solide derrière, la France a encore une fois évolué à des années lumière du niveau qui lui a permis de dominer le monde. "Les joueurs ont du mal à se sortir de la gadoue", a noté Onesta.

Les montées de balle restent suspectes, les ballons tombent toujours par dizaines et les tirs continuent à s'égarer dans les tribunes.

"Il y a encore beaucoup d'hésitation. Nos difficultés au tir viennent de là. Sur la fin le ballon il pesait lourd. On n'a pas osé y aller", a confirmé Abalo à l'issue d'une fin de match loin d'être maîtrisée, malgré toute l'expérience et l'expertise de ces joueurs multi-médaillés.

"Ca ne va pas revenir du jour au lendemain. On ne va pas redevenir élégants et fantastiques. Mais à défaut d'être brillants on va être opiniâtres, accrocheurs. On va tous ensemble continuer à ramer avec la volonté à chaque fois de récupérer ce qui traîne", a promis Onesta.

"Si on continue à s'accrocher comme ça, on s'en sortira plus forts. Ce sera une belle aventure qui nous sera utile. Après, les calculs, je vous laisse les faire", a-t-il ajouté, déjà ravi dimanche d'avoir toujours une équipe unie.

Première publication : 22/01/2012

  • HANDBALL

    La France, battue par la Hongrie, voit s'éloigner les demi-finales de l'Euro

    En savoir plus

  • HANDBALL- EURO-2012

    Après la déconvenue espagnole, les Bleus reprennent leur marche en avant

    En savoir plus

  • HANDBALL- EURO-2012

    La France débute sa campagne par une défaite contre l'Espagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)