Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Juan Manuel Santos : "Le processus de paix avec les Farc est irréversible"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bain de sang à Alep"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE toujours au chevet des marchés?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La fumée tue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Election présidentielle au Ghana : le dépouillement a commencé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

PISA: la France championne des inégalités ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Éducation : zéro pointé pour la France ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Éducation : zéro pointé pour la France ? (partie 1)

En savoir plus

FACE À FACE

Manuel Valls candidat : et maintenant ?

En savoir plus

Afrique

Le vice-président du CNT annonce sa démission

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/01/2012

Dimanche, sur Al-Jazira, le numéro deux du Conseil national de transition a annoncé sa démission alors que des manifestations agitent Benghazi depuis plusieurs jours. Abdelhafidh Ghoga est accusé d'avoir fait partie du régime du colonel Kadhafi.

AFP - Le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdelhafidh Ghoga, a annoncé dimanche sur la chaîne qatarie Al-Jazira qu'il démissionnait "dans l'intérêt de la nation", après des appels à son départ.

"J'ai choisi de démissionner (...) dans l'intérêt de la nation", a déclaré M. Ghoga à la chaîne par téléphone.

Des membres du CNT contactés par l'AFP ont indiqué ne pas être au courant de la démission de M. Ghoga, précisant toutefois que ce dernier n'avait pas participé aux réunions du CNT samedi et dimanche.

M. Ghoga a expliqué qu'il n'y avait plus le même consensus autour du CNT et qu'il ne voulait pas que le conflit autour de sa personne ait un "impact négatif" sur le Conseil.

"L'important c'est de préserver le CNT", a-t-il ajouté.

"Nous ne savons pas vraiment ce qui se passe", a-t-il dit, en faisant état d'"attaques contre les personnes (...), de campagnes contre certains" membres du CNT.

M. Ghoga, qui est aussi le porte-parole du CNT, est régulièrement accusé par des manifestants qui réclament sa démission d'être un "opportuniste" et d'avoir fait partie du régime de Mouammar Kadhafi.

Il avait été pris à parti et agressé jeudi à l'Université de Ghar Younès, à Benghazi, où il était allé pour une cérémonie en l'honneur des martyrs de la révolution qui a renversé Kadhafi.

Première publication : 22/01/2012

  • LIBYE

    Le siège du CNT à Benghazi occupé par des manifestants

    En savoir plus

  • LIBYE

    La nomination par le CNT du nouveau chef des armées ne fait pas l'unanimité

    En savoir plus

  • LIBYE

    En butte au pouvoir des milices, le CNT veut promouvoir la réconciliation nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)