Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Washington et Paris s'entendent sur la poursuite de leur mission sur le terrain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/01/2012

La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et son homologue français, Alain Juppé, se sont mis d'accord sur la poursuite de la mission internationale en Afghanistan, qui devrait s'achever dans le courant de l'année 2014.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et son homologue français Alain Juppé sont tombés d'accord samedi pour "travailler ensemble" afin d'assurer la poursuite de la mission internationale en Afghanistan, a indiqué le département d'Etat.

Lors d'une discussion avec le ministre français des Affaires étrangères, Mme Clinton a présenté ses condoléances pour la mort de quatre soldats français vendredi en Afghanistan, qui a amené le président Nicolas Sarkozy à s'interroger sur un retour anticipé du contingent, a précisé la diplomatie américaine dans un communiqué.

Les deux ministres "sont tombés d'accord pour que les Etats-Unis et la France travaillent avec les partenaires de l'Isaf (la mission de l'Otan) et le gouvernement afghan afin d'assurer la solidité et l'efficacité continues de la mission", selon le communiqué.

En déplacement samedi en Afghanistan, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a indiqué que le soldat afghan qui a tué quatre militaires français et blessé 15 autres la veille était "un taliban manifestement infiltré depuis longtemps" dans les rangs de l'armée afghane.

M. Longuet doit s'entretenir dimanche avec le président afghan Hamid Karzaï et les ministres afghans de la Défense et de l'Intérieur. Il doit également discuter avec le général John Allen, commandant de l'Isaf, le bras armé de l'Otan en Afghanistan, et le général Olivier de Bavinchove, chef d'état-major de l'Isaf.

A son retour, M. Longuet devra rendre compte au président Sarkozy des mesures que les autorités afghanes s'engagent à prendre pour assurer la sécurité du contingent français.

"Si les conditions de sécurité ne sont pas clairement établies, alors se posera la question d'un retour anticipé de l'armée française", avait déclaré le président Sarkozy vendredi.

La France, avec 3.600 hommes, dispose du troisième contingent militaire des forces de l'Otan en Afghanistan.

 

Première publication : 22/01/2012

  • AFGHANISTAN

    À Kaboul, Gérard Longuet déclare qu'un "Taliban infiltré" a tué les 4 Français

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La coopération de la France avec l'armée afghane remise en question

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La France suspend ses opérations en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)