Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce: après la victoire Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pour résister" : un plaidoyer contre toutes les formes d'extrémisme

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Migrants climatiques : les réfugiés du siècle

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Love and Loss" : le beau retour de Tina Arena

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Crise grecque : un référendum sous haute tension

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Maroc : la robe de la discorde

En savoir plus

Sports

Énorme désillusion pour le Maroc, vaincu d'entrée par la Tunisie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/01/2012

Le Maroc, qui figure parmi les grands favoris de la CAN-2012, a complètement manqué son entrée dans le tournoi en s'inclinant 2 à 1 face à la Tunisie. Les Lions de l'Atlas n'ont désormais plus le droit à l'erreur.

AFP - La Tunisie a créé une nouvelle surprise lors de cette Coupe d'Afrique des nations en faisant chuter (2-1) le Maroc, un des favoris de la compétition, lors du match au sommet du groupe C lundi à Libreville.

La Tunisie, qui avait battu le Maroc en finale de la CAN-2004 (2-1) et s'était qualifiée pour le Mondial-2006 aux dépens des Lions de l'Atlas, est en train de devenir la bête noire des Marocains.

Le scénario a été identique lors des deux périodes avec un Maroc monopolisant le ballon et campant dans la moitié de terrain tunisienne mais se faisant cueillir à froid sur un coup de pied arrêté puis un contre.

Avec un jeu plus léché, le Maroc avait pris le commandement des opérations en début de match. Chamakh croyait ouvrir le score à la 13e minute mais le gardien Mathlouthi se montrait très rapide dans sa sortie pour boucher les angles et gagner son face à face avec le "Gunner".

Cinq minutes plus tard, le gardien de Kayserisport (Turquie) détournait d'une main ferme un tir de Mbark Boussoufa qui semblait aller au but.

Petit à petit, la Tunisie, dangereuse uniquement sur coup de pied arrêté (arrêt réflexe de Lamyaghri sur une action de Zouheir Dhaouadi), desserrait l'étreinte et endormait le Maroc.

Le Maroc brûle son joker

Et, à la 34e minute, ce qui devait arriver arriva: Korbi tirait un coup franc semblant anodin mais dont la trajectoire se terminait dans le petit filet de Lamyaghri, perturbé par la présence de Khlifa devant le but.

Après la mi-temps, le scénario était similaire avec une Tunisie laissant le Maroc dominer sur un faux rythme. Comme en première période, l'inspiration marocaine s'étiolait au fil des minutes.

Youssouf Hadji, entré à l'heure de jeu, était à deux doigts d'égaliser à la 67e après avoir lobé un défenseur mais il enlevait trop sa frappe.

Un éclair de génie de Youssef Msekni donnait définitivement la victoire aux Tunisiens à la 75e. L'attaquant de l'Espérance Tunis échappait à quatre défenseurs pour loger le ballon au fond des filets.

Le but du capitaine marocain Houssine Kharja à la 86e donnait un peu de piquant et de tension à la fin de rencontre mais les Marocains ne réussissaient pas à se dépêtrer de la toile tunisienne, tissée par le sélectionneur Sami Trabelsi, ancien défenseur...

La Tunisie est en situation idéale pour la suite du tournoi avec trois points déjà au compteur et alors qu'il lui reste à jouer les deux équipes qui a priori sont les plus faibles du groupe. Le Maroc, venu avec de grands espoirs, a lui déjà brûlé son joker et les hommes d'Eric Gerets n'ont plus le droit à l'erreur notamment face au Gabon, le pays hôte qui a battu le Niger (2-0) un peu plus tôt dans la soirée.

Première publication : 23/01/2012

  • CAN-2012

    Devant son public, le Gabon s'offre une victoire précieuse contre le Niger

    En savoir plus

  • CAN-2012

    GROUPE C : Une première étape pour le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)