Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Syrie : la coalition a bombardé un important complexe gazier tenu par l'EI

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

FRANCE

Loi sur les génocides : Ankara menace Paris de "sanctions permanentes"

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2012

Malgré les menaces de représailles diplomatiques d'Ankara, les sénateurs français devraient voter ce lundi en faveur de la loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915 reconnu comme tel en France.

"Je crois en la sagesse collective des intellectuels et des sénateurs français, j’espère qu’elle va permettre d’éviter toute décision malencontreuse lundi et dans les semaines à venir". En dépit des apparences, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, ne se fait pas beaucoup d’illusions sur l'examen, ce lundi au Sénat, d'une proposition de loi sanctionnant la négation des génocides reconnus par la France, dont celui des Arméniens en 1915 qu’Ankara n'a cessé de contester.

Déjà approuvé par une très large majorité à l’Assemblée nationale française le 22 décembre dernier, le texte devrait probablement être adopté par les sénateurs. Une proposition déja rejetée par la commission des Lois du Sénat, cette dernière arguant de l'anticonstitutionnalité du texte, notamment celle liée à la liberté d'expression.
REPORTAGE
"Sanctions permanentes"
 
C’est dans ce contexte que le chef de la diplomatie turc a menacé Paris de nouvelles représailles lors d'un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, diffusé le 21 janvier. Se sentant explicitement visé par le vote des députés, le gouvernement turc avait gelé sa coopération militaire et politique avec la France en décembre. "Qui peut croire que la Turquie restera silencieuse ? Il y aura de nouvelles sanctions et cette fois elles seront permanentes, jusqu'à ce que la France change sa position", a prévenu Ahmet Davutoglu. Et d’ajouter : "personne ne doit s’attendre à ce que la Turquie adoucisse son point de vue, car il s’agit d’une attaque contre ses valeurs humaines". 
 
La riposte turque est déjà prête
Il a également souligné que si les sénateurs adoptaient le texte, ce serait "une tache noire dans l'histoire intellectuelle de la France" et que la Turquie rappellerait "à chaque occasion" aux Français l'erreur qu'ils ont commise. De source proche du gouvernement, on souligne que la Turquie prévoit de rappeler son ambassadeur à Paris, pour une durée indéterminée. Ankara exigerait aussi le départ de l'ambassadeur français et pourrait réduire le niveau de sa représentation diplomatique en France. Une riposte dans le domaine commercial et économique est aussi d'actualité.
 
"Moi, Davotuglu, serai-je traduit devant la justice ?"
 
Le ministre a par ailleurs affirmé qu'avec l'adoption de cette loi, "il n'y aura plus de visite officielle à Paris" de responsables turcs. "Supposons que moi, ministre des Affaires étrangères de mon pays, je vienne à Paris, et que je prétends que ce qu’il s’est passé en 1915 n’est pas un génocide, serai-je traduit devant la justice ? S'il y a une question d'un journaliste, comment pourrais-je me taire ?", a demandé M. Davutoglu, évoquant le caractère pénal de la loi qui prévoit de punir d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la négation de génocide. "Si chaque jour des dizaines de Turcs résidant en France disent qu’ils ne reconnaissent pas le prétendu génocide et qu’ils refusent que leur histoire soit insultée, est ce qu’ils seront arrêtés par la police française et déférés devant les tribunaux ?", s’est-il interrogé.
 
Génocide ou massacre ?

La Turquie reconnaît que des massacres ont été commis et que quelque 500 000 Arméniens ont péri en Anatolie entre 1915 et 1917. De leur côté, les Arméniens évoquent un génocide commis par les Turcs, reconnu par la loi française, qui a coûté la vie à 1,5 million de morts.

En outre, Ahmet Davutoglu a dénoncé le calendrier d’une proposition de loi "opportuniste", insinuant qu’elle est motivée par l'approche des échéances électorales de 2012 (NDLR : 500 000 Français d'origine arménienne vivent dans la métropole). "S’il s’agit d’un problème aussi important, pourquoi est-elle discutée à quelques mois de la présidentielle ?".
 
Directement mis en cause, le président Nicolas Sarkozy avait tenté vendredi d'apaiser la colère des Turcs. Dans une lettre au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, il avait demandé de "faire prévaloir la raison" à propos d'un texte qui, assure-t-il, ne vise "nullement un peuple ou un État en particulier".

 

Première publication : 23/01/2012

  • FRANCE

    La commission des lois du Sénat rejette le texte pénalisant les génocides

    En savoir plus

  • FRANCE

    Loi sur les génocides : Ankara gèle sa coopération militaire avec Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pénalisation du génocide arménien : "démagogie électoraliste" ou "avancée des droits de l’Homme" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)