Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

Loi sur les génocides : Ankara menace Paris de "sanctions permanentes"

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2012

Malgré les menaces de représailles diplomatiques d'Ankara, les sénateurs français devraient voter ce lundi en faveur de la loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915 reconnu comme tel en France.

"Je crois en la sagesse collective des intellectuels et des sénateurs français, j’espère qu’elle va permettre d’éviter toute décision malencontreuse lundi et dans les semaines à venir". En dépit des apparences, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, ne se fait pas beaucoup d’illusions sur l'examen, ce lundi au Sénat, d'une proposition de loi sanctionnant la négation des génocides reconnus par la France, dont celui des Arméniens en 1915 qu’Ankara n'a cessé de contester.

Déjà approuvé par une très large majorité à l’Assemblée nationale française le 22 décembre dernier, le texte devrait probablement être adopté par les sénateurs. Une proposition déja rejetée par la commission des Lois du Sénat, cette dernière arguant de l'anticonstitutionnalité du texte, notamment celle liée à la liberté d'expression.
REPORTAGE
"Sanctions permanentes"
 
C’est dans ce contexte que le chef de la diplomatie turc a menacé Paris de nouvelles représailles lors d'un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, diffusé le 21 janvier. Se sentant explicitement visé par le vote des députés, le gouvernement turc avait gelé sa coopération militaire et politique avec la France en décembre. "Qui peut croire que la Turquie restera silencieuse ? Il y aura de nouvelles sanctions et cette fois elles seront permanentes, jusqu'à ce que la France change sa position", a prévenu Ahmet Davutoglu. Et d’ajouter : "personne ne doit s’attendre à ce que la Turquie adoucisse son point de vue, car il s’agit d’une attaque contre ses valeurs humaines". 
 
La riposte turque est déjà prête
Il a également souligné que si les sénateurs adoptaient le texte, ce serait "une tache noire dans l'histoire intellectuelle de la France" et que la Turquie rappellerait "à chaque occasion" aux Français l'erreur qu'ils ont commise. De source proche du gouvernement, on souligne que la Turquie prévoit de rappeler son ambassadeur à Paris, pour une durée indéterminée. Ankara exigerait aussi le départ de l'ambassadeur français et pourrait réduire le niveau de sa représentation diplomatique en France. Une riposte dans le domaine commercial et économique est aussi d'actualité.
 
"Moi, Davotuglu, serai-je traduit devant la justice ?"
 
Le ministre a par ailleurs affirmé qu'avec l'adoption de cette loi, "il n'y aura plus de visite officielle à Paris" de responsables turcs. "Supposons que moi, ministre des Affaires étrangères de mon pays, je vienne à Paris, et que je prétends que ce qu’il s’est passé en 1915 n’est pas un génocide, serai-je traduit devant la justice ? S'il y a une question d'un journaliste, comment pourrais-je me taire ?", a demandé M. Davutoglu, évoquant le caractère pénal de la loi qui prévoit de punir d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la négation de génocide. "Si chaque jour des dizaines de Turcs résidant en France disent qu’ils ne reconnaissent pas le prétendu génocide et qu’ils refusent que leur histoire soit insultée, est ce qu’ils seront arrêtés par la police française et déférés devant les tribunaux ?", s’est-il interrogé.
 
Génocide ou massacre ?

La Turquie reconnaît que des massacres ont été commis et que quelque 500 000 Arméniens ont péri en Anatolie entre 1915 et 1917. De leur côté, les Arméniens évoquent un génocide commis par les Turcs, reconnu par la loi française, qui a coûté la vie à 1,5 million de morts.

En outre, Ahmet Davutoglu a dénoncé le calendrier d’une proposition de loi "opportuniste", insinuant qu’elle est motivée par l'approche des échéances électorales de 2012 (NDLR : 500 000 Français d'origine arménienne vivent dans la métropole). "S’il s’agit d’un problème aussi important, pourquoi est-elle discutée à quelques mois de la présidentielle ?".
 
Directement mis en cause, le président Nicolas Sarkozy avait tenté vendredi d'apaiser la colère des Turcs. Dans une lettre au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, il avait demandé de "faire prévaloir la raison" à propos d'un texte qui, assure-t-il, ne vise "nullement un peuple ou un État en particulier".

 

Première publication : 23/01/2012

  • FRANCE

    La commission des lois du Sénat rejette le texte pénalisant les génocides

    En savoir plus

  • FRANCE

    Loi sur les génocides : Ankara gèle sa coopération militaire avec Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pénalisation du génocide arménien : "démagogie électoraliste" ou "avancée des droits de l’Homme" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)