Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le croque-mort se rebiffe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Impasse politique en RD Congo : Léonard She Okitundu est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Made for sharing" : avis partagés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Corée du Nord : que recherche Kim Jong Un ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Etats-Unis : Trump achève sa 4ème semaine à la Maison Balnche

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Agriculture biologique : le secteur qui monte, qui monte...

En savoir plus

TECH 24

Startups spatiales : la tête dans les étoiles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La "robolution" est-elle une menace ou une opportunité pour l'emploi ?

En savoir plus

Moyen-orient

Décès du chômeur de 27 ans qui avait tenté de s'immoler par le feu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Abdelwahab Zeidoun a succombé à ses blessures après s'être immolé par le feu le 18 janvier dernier à Rabat. Âgé de 27 ans, il faisait partie d'un groupe de diplômés qui manifestaient depuis deux semaines pour obtenir un emploi.

AFP - L'un des deux diplômés au chômage qui avaient tenté de s'immoler par le feu la semaine dernière à Rabat est décédé mardi, a déclaré à l'AFP un médecin de l'hôpital Ibn Rochd de Casablanca.

"Abdelwahab Zeidoun est décédé vers cinq heures du matin (locales et GMT) des suites de ses blessures", a indiqué le médecin qui a requis l'anonymat.

La victime, âgée de 27 ans, avait tenté de s'immoler mercredi 18 janvier en s'aspergeant d'essence dans la capitale, Rabat. Atteint de brûlures au deuxième degré, il avait été transporté à Casablanca (80 km au sud de Rabat) pour y être soigné dans une unité spécialisée.

Titulaire d'un master en documentation de l'université de Fès (centre), il faisait partie d'un groupe de diplomés du supérieur qui participent depuis deux semaines à un sit in dans une annexe du ministère de l'Education à Rabat pour revendiquer un emploi dans la fonction publique.

"On est sous le choc et on sait pas encore ce qu'on va faire. Nous maintenons pour l'instant notre sit in", a déclaré à l'AFP une étudiante, Asma, porte-parole du groupe.

Selon elle, des dizaines de jeunes diplômés se sont dirigés, après l'annonce du décès, à Casablanca pour se rassembler devant l'hôpital Ibn Rochd.

Une vidéo diffusée sur internet et les réseaux sociaux montrait cinq hommes s'aspergeant d'essence mercredi dernier mais le liquide ne s'est enflammé que sur deux d'entre eux.

Ce type d'action s'est répandu dans les pays d'Afrique du Nord depuis l'immolation d'un protestataire tunisien en décembre 2010, qui avait déclenché le printemps arabe en Tunisie, puis en Egypte et en Libye.

Des milliers de Marocains, détenteurs de diplômes et sans emploi -- 27% des diplômés universitaires ne trouvent pas de travail, selon l'agence marocaine de l'emploi -- manifestent presque quotidiennement depuis des années pour obtenir un emploi dans la fonction publique.

Les manifestations et sit-in de chômeurs diplomés se sont accentués avec l'arrivée au pouvoir début janvier du parti islamiste Justice et développement (PJD) qui a mis la question sociale au coeur de son programme.

Première publication : 24/01/2012

  • MAROC

    Manifestation à Casablanca pour plus de démocratie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Décès du chômeur tunisien qui s'était immolé par le feu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)