Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Le raffineur suisse Petroplus au bord de la faillite

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Incapable de trouver un accord avec ses créanciers, le groupe suisse Petroplus se prépare à la faillite. L'avenir de la raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen, et de ses 550 salariés est devenu un enjeu de la campagne électorale française.

 AFP - Le groupe de raffinage suisse Petroplus a annoncé mardi qu'il se préparait à la mise en faillite en Suisse de la société et de ses filiales à l'étranger, en raison de l'échec des négociations avec ses créanciers.

"Les négociations avec les créanciers concernant le crédit renouvelable n'ont pas porté ses fruits", a-t-il précisé dans un communiqué.

Le groupe, qui emploie 2.500 personnes en Europe, va par conséquent demander la mise en faillite ou le sursis concordataire en Suisse et pour ses filiales à l'étranger.

"Pendant les dernières semaines, Petroplus a été en négociations avec ses créanciers pour rouvrir les lignes de crédit nécessaires au maintien des opérations et pour répondre aux obligations financières", a poursuivi le raffineur, qui était également à la recherche de nouvelles sources de financement.

En raison de l'échec des négociations, un administrateur judiciaire a notamment été nommé pour les actifs du groupe au Royaume-Uni.

Selon le raffineur, cette situation équivaut à "une situation de défaut de paiement" pour les 1,75 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) de dette qu'a cumulé la société.

"Nous avons durement travaillé pour éviter ce résultat, mais nous n'avons finalement pas été en mesure de conclure un accord avec nos créanciers", a précisé le directeur général de Petroplus, Jean-Paul Vettier.

"Nous sommes entièrement conscients de l'impact que cela aura sur nos employés, leurs familles et les communautés où nous avons été actifs", a-t-il ajouté.

Le groupe a été contraint vendredi de commencer son démantèlement, avec la mise en vente de sa raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen en France.

Petroplus, qui possède cinq raffineries en Europe et produisait environ 667.000 barils par jour, réfléchit à la mise en vente de deux autres sites, à Cressier, en Suisse, et à Anvers, en Belgique.

Le gouvernement français s'est engagé sur ce dossier sensible trois mois avant l'élection présidentielle, et à un moment où le chômage touche près de trois millions de personnes en France.

Selon les analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), la mise en faillite représente "le pire scénario possible pour la société".

Dans l'immédiat, il sera difficile d'évaluer combien les actionnaires de Petroplus vont pouvoir récupérer après la mise en faille du groupe, en raison du "flou" qui entoure la situation de Petroplus, ont-ils ajouté dans une note.

Lundi, Petroplus, dont le siège est à Zoug dans le centre de la Suisse, avait demandé la suspension de son action cotée à la Bourse suisse, dans l'attente d'un communiqué.

La cotation a repris mardi et le titre dévissait de 88,44% à 0,17 franc suisse, dans un marché SPI (indice élargi) en baisse de 0,26% à 08H14 GMT.

Première publication : 24/01/2012

  • FRANCE

    François Hollande fustige l'immobilisme de l'État face aux difficultés de Pétroplus

    En savoir plus

  • PHOTOGRAPHIE

    Y a-t-il une vie après la faillite pour Kodak ?

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Quand la reprise d'une usine à Strasbourg tourne au mauvais feuilleton

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)