Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Economie

Le FMI prône un relâchement de la rigueur budgétaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour 2012 et conseille aux gouvernements de la zone euro de modérer leurs politiques de rigueur budgétaire afin de ne pas "tuer" la croissance.

AFP - Le fléchissement de la croissance dans le monde en 2012 et une probable

Christine Lagarde: "Une faillite de la Grèce n'est pas envisageable"

Une faillite de la Grèce n'est pas envisageable, a déclaré mardi la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde.

Alors que les négociations avec les créanciers privés du pays se poursuivent, l'ancienne ministre française des Finances a estimé qu'il fallait trouver un accord."Il va falloir parvenir à un accord, bien sûr", a dit Christine Lagarde sur France 2. Une faillite de la Grèce "n'est pas quelque chose d'envisageable", a-t-elle ajouté.

Le représentant des créanciers privés de la Grèce a assuré mardi que ces derniers répondraient massivement présent si un accord de participation volontaire en vue de restructurer sa dette pouvait être conclu rapidement.

La Grèce doit parvenir à un tel arrangement, censé réduire d'une centaine de milliards d'euros une dette qui dépasse les 350 milliards, si elle ne veut pas se retrouver en situation de défaut de paiement lorsque 14,5 milliards d'euros d'obligations viendront à échéance en mars.
 

récession en zone euro ont poussé mardi le Fonds monétaire international à conseiller aux gouvernements de modérer leurs politiques de rigueur budgétaire.

Dans une mise à jour de ses prévisions économiques, l'institution de Washington a nettement abaissé, à 3,3% contre 4% quatre mois auparavant, sa projection de croissance mondiale pour cette année.

Ce serait nettement moins qu'en 2011 (3,8%), et ce chiffre devrait encore une fois beaucoup aux deux pays les plus peuplés de la planète, la Chine (8,2% de croissance attendue en 2012) et l'Inde (7%).

Le FMI s'attend à voir l'Europe plonger encore plus loin dans la crise. Les deux premières économies de la zone euro connaîtraient une stagnation, avec 0,3% de croissance en Allemagne et 0,2% en France. L'Italie et l'Espagne verraient leur produit intérieur brut chuter, respectivement de 2,2% de 1,7%.

Dans l'ensemble, le PIB de la zone reculerait de 0,5%. Et il est possible que ce soit encore pire, selon le Fonds.

"Le risque le plus immédiat est l'intensification du cercle vicieux entre les pressions sur le financement des Etats et celui des banques dans la zone euro, provoquant (...) des contractions importantes du crédit et de l'activité", a expliqué le Fonds.

Dans cette hypothèse, "l'activité en zone euro se réduirait d'environ 4%" par rapport aux prévisions actuelles et celle dans le monde entier "d'environ 2%".

Chantre de la discipline budgétaire en temps normal, le FMI a appelé à exécuter les plans d'austérité avec précaution. "Un rééquilibrage trop rapide durant l'année 2012 pourrait exacerber les risques", a-t-il prévenu.

"Abaisser la dette est un marathon, pas un sprint. Aller trop vite tuera la croissance et fera encore plus dérailler la reprise", a estimé lors d'une conférence de presse l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard.

"Tous les pays ne doivent pas rééquilibrer de la même manière, ou en même temps, sous peine que leurs efforts s'entre-détruisent. Les pays avec une position budgétaire et extérieure relativement forte, par exemple, ne devraient pas rééquilibrer autant que les pays n'ayant pas cette solidité ou confrontés à la pression des marchés", a ajouté le Fonds.

Mais d'un autre côté, "trop peu de rééquilibrage budgétaire n'est pas une bonne chose, parce que cela alimenterait les craintes quant à la crédibilité de la politique budgétaire", a souligné le directeur des affaires budgétaires Carlo Cottarelli.

Après avoir dû tout au long de 2011 revoir à la baisse ses projections, le FMI a relevé la morosité ambiante.



"Le contexte actuel, caractérisé par des systèmes financiers fragiles, des déficits et dettes publiques élevés et des taux d'intérêt proches de zéro, offre un terrain fertile à un pessimisme auto-entretenu et à la propagation de chocs négatifs, dont le plus critique est l'aggravation de la crise en zone euro", a-t-il souligné.

Aux Etats-Unis par exemple, même si le FMI a maintenu sa prévision 2012 (1,8% de croissance), "l'activité ralentit par rapport au rythme atteint au second semestre 2011, la hausse de l'aversion au risque dégradant la conjoncture financière et la politique budgétaire devenant moins favorable".

Les pays asiatiques, africains ou latino-américains qui tiraient leur épingle du jeu ne sont pas épargnés: "il est aussi prévu que la croissance dans les économies émergentes et en développement ralentira à cause de la dégradation de l'environnement extérieur et d'un affaiblissement de la demande intérieure".

Le FMI chiffre à 500 milliards de dollars ses besoins en ressources supplémentaires pour pouvoir venir à la rescousse de ses Etats membres face à la crise. Seule la zone euro pour le moment s'est engagée à participer à l'effort, promettant 150 milliards d'euros.

euro : le scénario du pire


 

Première publication : 24/01/2012

  • FINANCE INTERNATIONALE

    Le FMI a besoin de 600 milliards de dollars supplémentaires

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le FMI en chevalier blanc de la zone euro

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    L'onde de choc des dégradations européennes se propage sur les Bourses

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)