Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

asie

Paris exclut un retrait anticipé de ses troupes

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Alain Juppé a affirmé à l'Assemblée nationale que les troupes françaises resteront en Afghanistan. Le ministre des Affaires étrangères répondait à l'opposition socialiste qui demandait un retrait anticipé d'ici la fin de l'année.

AFP - La France n'entend "pas céder à la panique" et retirer totalement en 2012 ses troupes d'Afghanistan, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, à l'opposition socialiste qui réclamait au contraire un rapatriement complet d'ici la fin de l'année.

"Quand j'entends parler de retrait immédiat, fut-ce à la fin 2012, je ne suis pas sûr que ceci ait été mûrement réfléchi et étudié", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale, en demandant de ne "pas confondre un retrait ordonné et une retraite précipitée".

Les Taliban revendiquent l'assassinat des quatres militaires français

Les taliban annoncent samedi qu’ils avaient recruté le militaire afghan qui a tué quatre soldats français la veille dans la province orientale de Kapisa.

"L’émirat islamique d’Afghanistan a recruté des personnes occupant d’importantes fonctions. Certains ont déjà accompli leurs missions", a déclaré à Reuters Zabihullah Mijahid, porte-parole du mouvement islamiste, joint par téléphone.

Un responsable local de la milice a ajouté que la vidéo diffusée récemment montrant des "marines" américains engagés en Afghanistan urinant sur des cadavres avait accru la popularité des taliban et a promis d’autres attentats.

Source : Agence Reuters
 



Alain Juppé répondait à une question du député socialiste et ancien Premier ministre Laurent Fabius, qui demandait que la France n'ait plus de troupes en Afghanistan à la fin 2012.

"Il ne faut pas céder à la panique, il ne faut pas confondre un retrait ordonné et une retraite précipitée", a souligné Alain Juppé, en rappelant qu'après un retour de 400 hommes, ce seront un millier de militaires du contingent français qui auront regagné la France d'ici la fin de l'année.

Le ministre a rappelé que les 3.600 soldats français actuellement déployés dans le pays contribuaient à remplir un triple objectif: transférer des pouvoirs à l'armée afghane, aider l'Afghanistan à se développer, avec la signature vendredi à Paris avec le président Hamid Karzaï d'un traité d'amitié et de coopération, et soutenir la réconciliation nationale.

Avant de quitter définitivement l'Afghanistan, "il y a d'abord des conditions militaires à respecter pour la sécurité même de nos soldats", a aussi fait valoir Alain Juppé. "C'est la ligne que la France s'est fixée, c'est notre honneur et notre responsabilité", a-t-il insisté.

Le débat en France sur un retour anticipé des troupes françaises en Afghanistan a rebondi après la mort vendredi de quatre militaires tués par un soldat afghan qui a également blessé 15 soldats dont huit grièvement.

Près de 130.000 soldats étrangers, dont plus de 90.000 Américains, sont déployés en Afghanistan.
 

Première publication : 24/01/2012

  • AFGHANISTAN

    Le soldat afghan dit avoir tué les militaires français à cause d'une vidéo

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Washington et Paris s'entendent sur la poursuite de leur mission sur le terrain

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La coopération de la France avec l'armée afghane remise en question

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)