Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

asie

Paris exclut un retrait anticipé de ses troupes

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Alain Juppé a affirmé à l'Assemblée nationale que les troupes françaises resteront en Afghanistan. Le ministre des Affaires étrangères répondait à l'opposition socialiste qui demandait un retrait anticipé d'ici la fin de l'année.

AFP - La France n'entend "pas céder à la panique" et retirer totalement en 2012 ses troupes d'Afghanistan, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, à l'opposition socialiste qui réclamait au contraire un rapatriement complet d'ici la fin de l'année.

"Quand j'entends parler de retrait immédiat, fut-ce à la fin 2012, je ne suis pas sûr que ceci ait été mûrement réfléchi et étudié", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale, en demandant de ne "pas confondre un retrait ordonné et une retraite précipitée".

Les Taliban revendiquent l'assassinat des quatres militaires français

Les taliban annoncent samedi qu’ils avaient recruté le militaire afghan qui a tué quatre soldats français la veille dans la province orientale de Kapisa.

"L’émirat islamique d’Afghanistan a recruté des personnes occupant d’importantes fonctions. Certains ont déjà accompli leurs missions", a déclaré à Reuters Zabihullah Mijahid, porte-parole du mouvement islamiste, joint par téléphone.

Un responsable local de la milice a ajouté que la vidéo diffusée récemment montrant des "marines" américains engagés en Afghanistan urinant sur des cadavres avait accru la popularité des taliban et a promis d’autres attentats.

Source : Agence Reuters
 



Alain Juppé répondait à une question du député socialiste et ancien Premier ministre Laurent Fabius, qui demandait que la France n'ait plus de troupes en Afghanistan à la fin 2012.

"Il ne faut pas céder à la panique, il ne faut pas confondre un retrait ordonné et une retraite précipitée", a souligné Alain Juppé, en rappelant qu'après un retour de 400 hommes, ce seront un millier de militaires du contingent français qui auront regagné la France d'ici la fin de l'année.

Le ministre a rappelé que les 3.600 soldats français actuellement déployés dans le pays contribuaient à remplir un triple objectif: transférer des pouvoirs à l'armée afghane, aider l'Afghanistan à se développer, avec la signature vendredi à Paris avec le président Hamid Karzaï d'un traité d'amitié et de coopération, et soutenir la réconciliation nationale.

Avant de quitter définitivement l'Afghanistan, "il y a d'abord des conditions militaires à respecter pour la sécurité même de nos soldats", a aussi fait valoir Alain Juppé. "C'est la ligne que la France s'est fixée, c'est notre honneur et notre responsabilité", a-t-il insisté.

Le débat en France sur un retour anticipé des troupes françaises en Afghanistan a rebondi après la mort vendredi de quatre militaires tués par un soldat afghan qui a également blessé 15 soldats dont huit grièvement.

Près de 130.000 soldats étrangers, dont plus de 90.000 Américains, sont déployés en Afghanistan.
 

Première publication : 24/01/2012

  • AFGHANISTAN

    Le soldat afghan dit avoir tué les militaires français à cause d'une vidéo

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Washington et Paris s'entendent sur la poursuite de leur mission sur le terrain

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La coopération de la France avec l'armée afghane remise en question

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)