Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Amériques

Le millionnaire Mitt Romney avoue ne payer que 15 % d'impôts

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Pressé par ses adversaires de dévoiler ses feuilles d'imposition, le candidat à l'investiture républicaine, Mitt Romney, a ainsi révélé ne payer que 15 % d'impôts pour une fortune estimée à plus de 20 millions de dollars en 2011.

AFP - Le candidat à l'investiture républicaine à la Maison Blanche Mitt Romney a fini, sous la pression de ses adversaires, par publier mardi ses feuilles d'impôts, révélant qu'il paie 15% de ses revenus au fisc, soit largement moins que la moyenne des salariés américains.

L'ancien gouverneur du Massachusetts âgé de 64 ans, qui a fait fortune à la tête d'un fonds d'investissement, a déclaré des revenus de 21,7 millions de dollars pour 2010 et de 20,9 millions pour 2011, selon les documents publiés sur internet par le candidat.

Au total pour ces deux années-là, M. Romney a donné 7 millions de dollars à des oeuvres de charité --pour l'essentiel à l'Eglise mormone, dont il est membre-- et payé 6,2 millions de dollars d'impôts fédéraux.

Les trois millions de dollars de contributions versées en 2010 représentent un taux d'imposition de 13,9% et les 3,2 millions de dollars payés l'an dernier un taux de 15,4%.

M. Romney avaient été mis en demeure par ses rivaux de publier sa déclaration d'impôts, comme eux-mêmes l'avaient déjà fait.

Mais le candidat fortuné avait tergiversé, une attitude qu'il a fini par abandonner après avoir été battu samedi par son rival Newt Gingrich aux primaires de Caroline du Sud, une des étapes du long processus destiné à désigner à un candidat du parti républicain pour la présidentielle du 6 novembre. Les prochaines primaires, en Floride, le 31 janvier, s'annoncent très disputées.

La fortune de M. Romney --évaluée à 250 millions de dollars-- et le fait qu'elle vienne de la gestion d'un fonds d'investissement, Bain Capital, pourraient être considérés comme des handicaps, le pays traversant sa plus grave crise économique depuis les années 1930.

"Je ne vais pas m'excuser pour ma réussite (...) j'ai travaillé dur pour obtenir ce que j'ai", s'est défendu lundi soir M. Romney lors d'un débat télévisé entre les candidats républicains à Tampa, en Floride.

"Je suis fier d'avoir aidé à créer des entreprises qui ont grandi, qui ont embauché et pas seulement des emplois hautement qualifiés dans la finance", a-t-il ajouté, en se disant "surpris" que les attaques sur sa fortune viennent de son propre camp.

Car elles sont également venues des démocrates. La feuille d'imposition de M. Romney "est un bon exemple de la réforme de la fiscalité dont nous avons besoin", a déclaré mardi sur la chaîne NBC un conseiller du président Barack Obama, David Plouffe.

"Quand on a un travailleur de la classe moyenne qui paie (proportionnellement) plus d'impôts que ceux qui gagnent 50 ou 60 millions de dollars par an, il faut que ça change", a-t-il ajouté.

Le taux de prélèvement dont s'acquitte M. Romney est certes proche de la moyenne de 15% qui frappe les revenus du capital, mais bien inférieurs aux 35% dont s'acquittent au maximum les salariés, faisant dire aux partisans d'une hausse d'impôts qu'il s'agit là d'une injustice à réparer.

Le sujet devrait rebondir mardi soir lors du traditionnel discours sur l'état de l'Union de M. Obama, qui devrait évoquer la +règle Buffett+ (du nom du multimilliardaire Warren Buffett), projet qui veut qu'aucun foyer touchant plus d'un million de dollars par an n'acquitte un taux d'imposition inférieur à celui d'un foyer de la classe moyenne.

Côté sondages, M. Gingrich gagnait du terrain, prenant même l'avantage dans deux enquêtes d'opinion réalisées dimanche en Floride. Pour l'institut Rasmussen, M. Gingrich obtient 41% des intentions de vote contre 32% à M. Romney. Pour Insider Advantage, l'écart est un peu moindre: 34% pour M. Gingrich et 26% pour M. Romney.
 

Première publication : 24/01/2012

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Le favori Mitt Romney sous le feu des critiques de ses rivaux républicains

    En savoir plus

  • PRIMAIRE RÉPUBLICAINE

    Romney marque des points face à Gingrich lors d'un débat en Floride

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    En Caroline du Sud, la primaire républicaine tourne au match Romney-Gingrich

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)