Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Génocide arménien : Erdogan juge la nouvelle loi française "discriminatoire"

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est exprimé devant le Parlement sur le texte de loi condamnant la négation des génocides, voté mardi en France, le qualifiant de "nul et non avenu". Il promet des sanctions contre la France.

AFP - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié de "raciste" mardi le texte de loi adopté la veille par le Sénat français pénalisant la négation du génocide arménien, sans cependant annoncer de riposte concrète dans l'attente de sa promulgation par Nicolas Sarkozy.

"La proposition (de loi) adoptée en France est ouvertement discriminatoire et raciste", a-t-il dit au Parlement devant les députés du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste).

M. Erdogan a affirmé que cette loi est "entièrement nulle et non avenue" pour la Turquie et assuré que son pays imposera "étape par étape" les sanctions qu'elle a prévues contre la France, "sans nulle façon de faire marche arrière".

"Nous allons annoncer notre plan d'action en fonction des développements", a-t-il prévenu, affirmant que la "Turquie est encore dans une période de patience".

Le président français, qui a voulu ce texte de loi, provoquant une grave crise entre Ankara et Paris, a en principe 15 jours pour le promulguer.

Une lettre de Nicolas Sarkozy appelle à la mesure

Dans une lettre adressée le 18 janvier à Recep Tayyip Erdogan et rendue publique mardi par l'Elysée, le président français assure que ce texte "ne vise nullement un peuple ou un Etat particulier".

Il "forme le voeu que la Turquie voudra bien prendre la mesure des intérêts communs qui unissent nos deux pays et nos deux peuples".
 



M. Erdogan a utilisé un ton plus modéré qu'attendu et émis l'espoir que la France "réparera son erreur", s'en prenant surtout aux ambitions de Nicolas Sarkozy à l'orée des présidentielles de mai pour séduire l'électorat d'origine arménienne et non à la France en général, alliée d'Ankara au sein de l'Otan et partenaire stratégique commercial et politique.

Il a ainsi précisé que son gouvernement s'efforçait d'obtenir que des sénateurs français saisissent le Conseil constitutionnel pour obtenir l'annulation du texte de loi.

Le chef de l'Etat turc Abdullah Gül a lui aussi espéré que "60 sénateurs français feront une démarche" en faveur de l'annulation du texte.

Ainsi, un député du parti majoritaire UMP, Jacques Myard, opposé à la loi, va tenter de rassembler 60 signatures de députés pour saisir cette instance, a-t-il annoncé mardi.

Le Conseil constitutionnel peut censurer une loi qu'il juge contraire à la Constitution s'il est saisi par 60 députés, 60 sénateurs, le chef de l'Etat, le président de l'Assemblée nationale ou celui du Sénat.

"Nous sommes décidés avec un ami à faire circuler une saisine du Conseil constitutionnel, j'espère que nous serons soixante et nous allons l'adresser à l'ensemble des députés", a déclaré Jacques Myard.

Selon une source parlementaire, un autre député UMP, Michel Diefenbacher, président du groupe d'amitié avec la Turquie à l'Assemblée, est également à l'origine de cette initiative.

Claude Lanzmann: " cette loi est ridicule"

Pour l'instant, l'ambassadeur de Turquie restera à son poste à Paris mais Ankara, qui l'avait brièvement rappelé après un premier vote des députés français le 22 décembre, envisage cette fois de le rappeler sine die et de réduire son niveau de représentation en France lorsque le texte prendra force de loi, souligne-t-on de source informée.

Après le premier vote, Ankara avait annoncé le gel de la coopération politique et militaire avec la France, avertissant de nouvelles représailles.

Face à ces réactions, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a appelé la Turquie au "sang-froid", et de tendre "la main" à ce "grand pays, cette grande puissance économique, politique".

L'Arménie a pour sa part salué mardi la "grandeur" et le "dévouement" de la France.

"La France a réaffirmé sa grandeur et son pouvoir, son dévouement pour les valeurs humaines universelles", a écrit le président arménien, Serge Sarkissian, dans une lettre à son homologue français, selon un communiqué publié sur le site de la présidence arménienne.

La loi sanctionne d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la négation de tous les génocides reconnus par la France, dont celui des Arméniens.

La Turquie réfute le terme de génocide, même si elle reconnaît que des massacres ont été commis et que quelque 500.000 Arméniens ont péri en Anatolie entre 1915 et 1917, les Arméniens évoquant 1,5 million de morts.
REPORTAGE


 

Première publication : 24/01/2012

  • COMMERCE

    Loi française sur le génocide : des sanctions économiques turques à ne pas prendre à la légère

    En savoir plus

  • TURQUIE - FRANCE

    Erdogan promet des mesures de rétorsion contre Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parlement adopte la proposition de loi pénalisant la négation des génocides

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)