Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Afrique

De nouvelles explosions et des tirs secouent Kano

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Alors que le bilan des attaques menées par la secte islamiste Boko Haram depuis vendredi dernier s'élève à 192 morts, des tirs et des explosions ont été entendus mardi après-midi. Le bilan de ces nouvelles violence était inconnu en début de soirée.

AFP - Des hommes armés ont de nouveau attaqué mardi à l'arme automatique un commissariat de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria, à peine quatre jours après une série d'attaques meurtrières du même genre qui avaient fait 185 morts.

"Il était vers 18H30, au moment où les fidèles se préparent pour la prière du soir, quand de nombreux assaillants sont arrivés et ont ouvert le feu en lançant des engins explosifs sur le commissariat", a déclaré un habitant du quartier de Sheka.

FOCUS


Un autre habitant a confirmé l'incident, faisant état de tirs et explosions. "Des gens qui ont fui la zone m'ont dit que c'était une station de police qui était attaquée. J'ai vu des flammes qui s'élevaient du bâtiment", selon ce témoin.

Le bilan de ces violences était toujours inconnu en début de soirée.

Deuxième ville du pays, Kano avait été secouée vendredi dernier par une série d'attaques et attentats coordonnées visant essentiellement des bâtiments de la police, dont son quartier général. Au moins 185 personnes ont été tuées, ainsi que onze assaillants, dont cinq kamikazes. Ces attaques ont été revendiquées par le groupe islamiste Boko Haram.

Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), au moins 935 personnes ont été tuées au Nigeria dans les attentats revendiqués par Boko Haram depuis que le groupe a lancé une campagne de violences en 2009.

Il ne cesse de multiplier les assauts de plus en plus meurtriers, à la fois contre les forces de l'ordre et, plus récemment, contre les chrétiens. Ainsi, rien qu'au cours des trois premières semaines de janvier, plus de 250 personnes ont été tuées, dont 185 vendredi à Kano, le bilan le plus lourd jusqu'à présent, souligne HRW dans un communiqué mardi.

Toujours à Kano, plongé dans la terreur de nouvelles violences, des habitants avaient affirmé avoir entendu dans la nuit de lundi à mardi des tirs pendant plusieurs heures dans un quartier proche d'un poste de police.

Selon un témoin, policiers et militaires ont encerclé une maison soupçonnée d'abriter des combattants de Boko Haram, peu après minuit. Ils ont ouvert le feu, les suspects ont riposté. Les échanges de tirs, parfois à la mitrailleuse lourde, ont duré plus de quatre heures.

Un couvre-feu nocturne est en vigueur à Kano depuis les attaques de vendredi.

Dans ce contexte d'extrême tension, les Etats-Unis ont appelé mardi "tous les Nigérians à rester unis contre les ennemis de la vie en commun et de la paix".

Le Département d'Etat a souligné que "la diversité ethnique et religieuse" du pays était une "force", "et ceux qui cherchent à la remettre en cause en semant la division ne peuvent pas réussir".

"Une connexion avérée entre Aqmi et Boko Haram"

Les nombreuses attaques de Boko Haram ont fait naître des craintes de violences interconfessionnelles, certains évoquant même le risque d'une guerre civile au Nigeria.

Boko Haram, qui a longtemps ciblé essentiellement des symboles du pouvoir (police, armés, homme politiques) a revendiqué des attentats le jour de Noël contre des églises notamment, dont une, près d'Abuja, où 44 personnes avaient été tuées.

Les 160 millions de Nigérians sont à peu près aussi nombreux dans le nord, majoritairement musulman, que dans le sud, à dominante chrétienne.

Le président Goodluck Jonathan s'est rendu à Kano lundi. Confronté à la plus grave crise qu'il ait connue depuis son accession au pouvoir il y a neuf mois, il a promis de renforcer la sécurité dans le pays, par ailleurs touché par un fort mécontentement social.

Le dirigeant a instauré l'état d'urgence dans plusieurs zones du nord et du centre le 31 décembre, mais Kano n'est pas concernée par cette mesure.

Selon un porte-parole de Boko Haram, le groupe a agi vendredi en représailles au refus du gouvernement de libérer plusieurs de ses membres emprisonnés.

Depuis des mois, certains s'interrogent sur d'éventuels liens entre Boko Haram et la branche maghrébine d'Al Qaïda (Aqmi).

Mardi, le ministre malien des Affaires étrangères, Soumeylou Boubèye Maïga a estimé qu'il existait "une connexion avérée" entre les deux mouvements.

Il s'exprimait à l'ouverture d'une réunion, à Nouakchott, des chefs de la diplomatie du Mali, de la Mauritanie, du Niger et de l'Algérie, à laquelle était invité le Nigeria. Les quatre pays sont confrontés à une insécurité croissante liée aux activités d'Aqmi et d'autres groupes criminels. Le ministre n'a pas fourni de détails sur cette "connexion avérée".

Le responsable de la lutte contre le terrorisme pour l'Union africaine (UA), Francisco Caetano Jose Maderia, s'est lui aussi alarmé mardi de "l'intensification des activités de Boko Haram", et de "la possibilité que ce groupe étende ses activités aux pays voisins, et pénètre même dans la région d'Afrique centrale".

Première publication : 24/01/2012

  • NIGERIA

    Goodluck Jonathan en visite à Kano après la mort de plus de 160 personnes

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le bilan des attaques de Kano porté à plus de 100 victimes

    En savoir plus

  • NIGERIA

    La secte Boko Haram revendique la vague d'attentats à Kano

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)