Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Le Canada expulse l'idéologue présumé du génocide rwandais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Le Canada a expulsé Léon Mugesera au Rwanda où il sera jugé pour incitation au génocide. En 1992, Léon Mugesera avait traité les Tutsis de "cancrelats". Et déclaré : "Ceux dont vous ne couperez pas le cou seront ceux qui couperont le vôtre."

AFP - Le Canada a expulsé lundi soir le Rwandais Léon Mugesera, accusé d'avoir incité au génocide de 1994 ayant fait 800.000 morts dans son pays d'origine, au terme d'une saga politico-judiciaire de près de deux décennies.

"Léon Mugesera a pris l'avion pour Kigali!", a déclaré en début de soirée la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, sur son compte Twitter.

"Le Canada est déterminé à voir Léon Mugesera faire face à la justice en lien avec les allégations d'avoir fait la promotion du génocide qui a fait des centaines de milliers de victimes innocentes au Rwanda au début des années 90", a écrit à l'AFP Mike Patton, porte-parole du ministre de la Sécurité publique.

"Pour des raisons liées à la sécurité des opérations, je ne peux pas en dire plus pour le moment", a-t-il ajouté, suggérant ainsi que l'expulsion était en cours.

Le Rwanda veut juger Léon Mugesera, ancien homme politique et idéologue rwandais établi dans la ville de Québec depuis 1993, pour incitation au génocide dans un discours musclé prononcé en 1992, deux ans avant le début des massacres ayant fait 800.000 morts.

Dans ce discours, M. Mugesera avait traité les Tutsis de "cancrelats" et dit que "ceux dont vous ne couperez pas le cou seront ceux qui couperont le vôtre".

Le Canada tentait d'expulser M. Mugesera depuis le milieu des années 1990 mais ce dernier avait multiplié les recours judiciaires afin de rester au pays à la feuille d'érable avec sa femme et ses enfants.

Les autorités canadiennes devaient expulser M. Mugesera, 59 ans, il y a deux semaines, mais la Cour supérieure du Québec avait suspendu la procédure pour que le Canada ait le temps d'examiner une demande du Comité contre la torture de l'ONU le concernant.

Le comité demandait au Canada un délai de six mois pour se pencher sur les risques de torture que M. Mugesera pourrait courir dans son pays d'origine.

La Cour supérieure du Québec s'est finalement déclarée incompétente lundi pour juger du dossier, faisant valoir que les questions d'immigration relevaient uniquement des cours fédérales, et estimé que les conclusions du comité des Nations unies n'étaient pas contraignantes pour le gouvernement.

Par conséquent, le Canada n'a pas à attendre les conclusions de ce comité pour expulser l'homme politique rwandais. Dans l'après-midi, un tribunal fédéral a refusé un autre sursis à Mugesera, scellant ainsi son sort.

L'Agence des services frontaliers avait transféré dans la journée M. Mugesera à l'aéroport de Montréal, où des proches de l'homme politique rwandais, y compris sa femme, s'étaient réunis, selon un journaliste de l'AFP. La famille, qui pourra rester au Canada, s'est refusée à tout commentaire.

Les avocats de M. Mugesera faisaient valoir que leur client risque d'être torturé ou de ne pas avoir droit à un procès équitable à son retour au Rwanda.

"Le gouvernement canadien n'a pas dévoilé à M. Mugesera la documentation qu'il détenait sur les actes criminels commis par le FPR", formation du président rwandais Paul Kagame au pouvoir depuis juillet 1994, a dit à l'AFP Me Philippe Larochelle, un de ses avocats.

Les avocats canadiens de M. Mugesera avaient récemment déposé en cour un document public datant de 2004 et dans lequel le gouvernement faisait état de "crimes contre l'humanité commis par le FPR".

Mais selon le gouvernement canadien, le contexte politique a changé au Rwanda et le pouvoir à Kigali a fourni des garanties quant à la sécurité et l'impartialité d'un éventuel procès de Léon Mugesera.

"Il a bénéficié d'un des systèmes d'appel les plus généreux au monde", a commenté lundi le ministre conservateur Steven Blaney à propos de cette saga judiciaire.
 

Première publication : 24/01/2012

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : "Le rapport d'expertise est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame

    En savoir plus

  • RWANDA

    Callixte Mbarushimana, premier suspect de la CPI à être remis en liberté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)