Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

Afrique

Le Canada expulse l'idéologue présumé du génocide rwandais

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2012

Le Canada a expulsé Léon Mugesera au Rwanda où il sera jugé pour incitation au génocide. En 1992, Léon Mugesera avait traité les Tutsis de "cancrelats". Et déclaré : "Ceux dont vous ne couperez pas le cou seront ceux qui couperont le vôtre."

AFP - Le Canada a expulsé lundi soir le Rwandais Léon Mugesera, accusé d'avoir incité au génocide de 1994 ayant fait 800.000 morts dans son pays d'origine, au terme d'une saga politico-judiciaire de près de deux décennies.

"Léon Mugesera a pris l'avion pour Kigali!", a déclaré en début de soirée la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, sur son compte Twitter.

"Le Canada est déterminé à voir Léon Mugesera faire face à la justice en lien avec les allégations d'avoir fait la promotion du génocide qui a fait des centaines de milliers de victimes innocentes au Rwanda au début des années 90", a écrit à l'AFP Mike Patton, porte-parole du ministre de la Sécurité publique.

"Pour des raisons liées à la sécurité des opérations, je ne peux pas en dire plus pour le moment", a-t-il ajouté, suggérant ainsi que l'expulsion était en cours.

Le Rwanda veut juger Léon Mugesera, ancien homme politique et idéologue rwandais établi dans la ville de Québec depuis 1993, pour incitation au génocide dans un discours musclé prononcé en 1992, deux ans avant le début des massacres ayant fait 800.000 morts.

Dans ce discours, M. Mugesera avait traité les Tutsis de "cancrelats" et dit que "ceux dont vous ne couperez pas le cou seront ceux qui couperont le vôtre".

Le Canada tentait d'expulser M. Mugesera depuis le milieu des années 1990 mais ce dernier avait multiplié les recours judiciaires afin de rester au pays à la feuille d'érable avec sa femme et ses enfants.

Les autorités canadiennes devaient expulser M. Mugesera, 59 ans, il y a deux semaines, mais la Cour supérieure du Québec avait suspendu la procédure pour que le Canada ait le temps d'examiner une demande du Comité contre la torture de l'ONU le concernant.

Le comité demandait au Canada un délai de six mois pour se pencher sur les risques de torture que M. Mugesera pourrait courir dans son pays d'origine.

La Cour supérieure du Québec s'est finalement déclarée incompétente lundi pour juger du dossier, faisant valoir que les questions d'immigration relevaient uniquement des cours fédérales, et estimé que les conclusions du comité des Nations unies n'étaient pas contraignantes pour le gouvernement.

Par conséquent, le Canada n'a pas à attendre les conclusions de ce comité pour expulser l'homme politique rwandais. Dans l'après-midi, un tribunal fédéral a refusé un autre sursis à Mugesera, scellant ainsi son sort.

L'Agence des services frontaliers avait transféré dans la journée M. Mugesera à l'aéroport de Montréal, où des proches de l'homme politique rwandais, y compris sa femme, s'étaient réunis, selon un journaliste de l'AFP. La famille, qui pourra rester au Canada, s'est refusée à tout commentaire.

Les avocats de M. Mugesera faisaient valoir que leur client risque d'être torturé ou de ne pas avoir droit à un procès équitable à son retour au Rwanda.

"Le gouvernement canadien n'a pas dévoilé à M. Mugesera la documentation qu'il détenait sur les actes criminels commis par le FPR", formation du président rwandais Paul Kagame au pouvoir depuis juillet 1994, a dit à l'AFP Me Philippe Larochelle, un de ses avocats.

Les avocats canadiens de M. Mugesera avaient récemment déposé en cour un document public datant de 2004 et dans lequel le gouvernement faisait état de "crimes contre l'humanité commis par le FPR".

Mais selon le gouvernement canadien, le contexte politique a changé au Rwanda et le pouvoir à Kigali a fourni des garanties quant à la sécurité et l'impartialité d'un éventuel procès de Léon Mugesera.

"Il a bénéficié d'un des systèmes d'appel les plus généreux au monde", a commenté lundi le ministre conservateur Steven Blaney à propos de cette saga judiciaire.
 

Première publication : 24/01/2012

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : "Le rapport d'expertise est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame

    En savoir plus

  • RWANDA

    Callixte Mbarushimana, premier suspect de la CPI à être remis en liberté

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)