Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Economie

Même sans Steve Jobs, Apple enregistre des profits records

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

Un bénéfice qui a plus que doublé en un an, un chiffre d'affaires en progression de plus de 70 % : les résultats d'Apple pour le premier trimestre dépassent toutes les attentes grâce aux ventes d'iPhone et d'iPad.

 AFP - Le groupe informatique américain Apple a annoncé mardi des bénéfices et ventes "record" au premier trimestre de son exercice décalé, tirés en particulier par les ventes d'iPhone 4S, montrant qu'il reste au firmament même sans son fondateur disparu, Steve Jobs.

L'action s'envolait de 8% à 454 dollars dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance officielle de Wall Street.

"Nous sommes ravis de nos résultats exceptionnels et de nos ventes record", a commenté Tim Cook, directeur général d'Apple.

L'entreprise, qui a perdu début octobre son mythique co-fondateur et PDG, bénéficie "d'une dynamique incroyablement forte, avec de nouveaux produits fantastiques dans les tuyaux", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Son bénéfice a plus que doublé sur un an à 13,1 milliards de dollars lors des trois derniers mois de l'année. Par action, cela représente 13,87 dollars alors que les analystes misaient en moyenne sur 10,08 dollars.

Le chiffre d'affaires est également largement supérieur aux prévisions, avec une progression de 73% sur un an à 46,3 milliards de dollars, dépassant également largement les prévisions.

Le fabricant californien se félicite des "ventes les plus élevées jamais enregistrées" de téléphones iPhone, de tablettes iPad et d'ordinateurs Mac, entre octobre et décembre.

Le groupe a vendu 37,04 millions d'iPhone au cours du trimestre, soit un bond de 128% sur un an, 15 millions d'iPad (+111%), 5,2 millions de Mac (+26%) et 15,4 millions de baladeurs iPod (+21%).

Le directeur financier Peter Oppenheimer a souligné que l'iPhone 4S, lancé courant octobre, avait particulièrement dopé les ventes de smartphones du groupe.

L'iPad s'est également révélé "particulièrement populaire pendant la saison des fêtes", se sont félicités les dirigeants d'Apple, notant que la tablette était de plus en plus adoptée par le monde de l'entreprise et dans l'enseignement.

La marge brute a quant à elle doublé, démontrant que les coûts de fabrication, de recherche et développement et de commercialisation augmentent moins vite que les recettes du groupe à la pomme.

Les prévisions d'Apple ont également dépassé les attentes de Wall Street: au deuxième trimestre de son exercice en cours, le fabricant à la pomme attend 32,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires et un bénéfice par action de 8,50 dollars, alors que le marché tablait sur 32 milliards et 8,03 dollars.

Le groupe, qui a généré plus de 17,5 milliards de dollars de flux de trésorerie pendant le trimestre, se trouve aujourd'hui face à un problème épineux: que faire de son argent ?

"Nous discutons activement de la manière dont nous pouvons utiliser nos liquidités mais n'avons rien à annoncer pour le moment", a indiqué le directeur financier.

Interrogé sur la concurrence des tablettes moins chères comme la liseuse Kindle d'Amazon, il a estimé que "les tablettes à fonctions limitées comme les liseuses électroniques n'entrent pas dans la même catégorie que l'iPad". "Je ne pense pas que quelqu'un qui possède un iPad se contenterait" d'un produit dédié à une seule fonction, a-t-il ajouté.

Première publication : 25/01/2012

  • TÉLÉPHONIE

    Apple suspend la vente d'iPhone dans ses magasins de Shanghaï et Pékin

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    CES-2012 : l'ombre d'Apple plane sur la grand-messe des technophiles

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Malgré des résultats en hausse, Apple déçoit les marchés financiers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)