Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

FRANCE

Les journalistes sceptiques face au "coup de blues" de Nicolas Sarkozy

©

Vidéo par Constance de BONNAVENTURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

L'évocation par Nicolas Sarkozy de sa possible défaite à la présidentielle est une stratégie électoraliste, estiment de nombreux éditorialistes, convaincus que le chef de l'État joue sur la corde affective pour remobiliser ses troupes.

AFP - L'évocation par Nicolas Sarkozy auprès de journalistes de sa possible défaite à la présidentielle relève davantage d'une "opération d'intox" destinée à "rebondir" que d'un véritable "abattement", estiment mercredi de nombreux éditorialistes.

Présidentielle française 2012

"Contrairement à ce qu'il voudrait faire croire, Nicolas Sarkozy n'a pas changé" assène Paul Quinio dans Libération. "Il a fêté son élection il y a cinq ans en mettant de manière indécente sa personne au coeur des débats...Il finit son mandat en se livrant à des confidences tout aussi indécentes sur sa vie après son éventuelle mort politique".

A droite "ça va mal" et "les confidences du président de la République n'ont certainement pas arrangé le moral des troupes, qui est dans les chaussettes" mais "il serait bien naïf de croire l'issue de la bataille désormais écrite", souligne Claude Cabanes dans l'Humanité.

"Il ne faut pas se laisser prendre au numéro de la tentation de Neuilly qu'est en train de nous jouer le chef de l'Etat", recommande Philippe Waucampt (le Républicain lorrain). "Alors que la majorité s'emmêle les pinceaux dans sa riposte au candidat socialiste, le chef de l'Etat, par une belle opération d'intox, détourne l'attention de celui-ci", analyse-t-il.

"Les confidences présidentielles faites dans la moiteur guyanaise ont fait fantasmer le microcosme", ironise Hervé Cannet (La Nouvelle République). "Véritable coup de blues ou tortueux coup de com ?", s'interroge-t-il. "Le futur candidat UMP trouverait-il dans cette posture très humaine, l'opportunité d'une nouvelle image. Voire d'une nouvelle stratégie. Pour mieux rebondir."

"Quand Nicolas Sarkozy s’épanche sur l’hypothèse de sa défaite, ce n’est pas pour le plaisir de s’épancher ou par une subite faiblesse, c’est une habileté pour que l’on en parle", assure Daniel Ruiz (La Montagne). "Cette supposée lassitude distante tient plus de la tactique que de la déprime"..."Le chef de l’État joue de la corde affective, assure le buzz et tente ainsi de resserrer ses troupes".

"Si l’interrogation fait florès dans les allées du pouvoir au point de semer le doute dans la majorité, elle cache en réalité le sens tactique et la science politique du président de la République", renchérit Yann Marec (Le Midi Libre)

"L’objectif ? Reprendre la main". En effet, poursuit l'éditorialiste "comment imaginer...que le président de la République, dont l’exercice du pouvoir représente la finalité d’une vie, puisse le laisser sans combattre ?" En vérité, estime Marec, "sa sortie ou non de l’exécutif sera effective au soir des urnes. Et seulement au soir des urnes."

Première publication : 25/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy en campagne en Guyane une semaine après François Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy promet de débloquer 430 millions d'euros pour l'emploi

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    En visite en Guyane, François Hollande donne la réplique à Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)