Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Les journalistes sceptiques face au "coup de blues" de Nicolas Sarkozy

Vidéo par Constance de BONNAVENTURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

L'évocation par Nicolas Sarkozy de sa possible défaite à la présidentielle est une stratégie électoraliste, estiment de nombreux éditorialistes, convaincus que le chef de l'État joue sur la corde affective pour remobiliser ses troupes.

AFP - L'évocation par Nicolas Sarkozy auprès de journalistes de sa possible défaite à la présidentielle relève davantage d'une "opération d'intox" destinée à "rebondir" que d'un véritable "abattement", estiment mercredi de nombreux éditorialistes.

Présidentielle française 2012

"Contrairement à ce qu'il voudrait faire croire, Nicolas Sarkozy n'a pas changé" assène Paul Quinio dans Libération. "Il a fêté son élection il y a cinq ans en mettant de manière indécente sa personne au coeur des débats...Il finit son mandat en se livrant à des confidences tout aussi indécentes sur sa vie après son éventuelle mort politique".

A droite "ça va mal" et "les confidences du président de la République n'ont certainement pas arrangé le moral des troupes, qui est dans les chaussettes" mais "il serait bien naïf de croire l'issue de la bataille désormais écrite", souligne Claude Cabanes dans l'Humanité.

"Il ne faut pas se laisser prendre au numéro de la tentation de Neuilly qu'est en train de nous jouer le chef de l'Etat", recommande Philippe Waucampt (le Républicain lorrain). "Alors que la majorité s'emmêle les pinceaux dans sa riposte au candidat socialiste, le chef de l'Etat, par une belle opération d'intox, détourne l'attention de celui-ci", analyse-t-il.

"Les confidences présidentielles faites dans la moiteur guyanaise ont fait fantasmer le microcosme", ironise Hervé Cannet (La Nouvelle République). "Véritable coup de blues ou tortueux coup de com ?", s'interroge-t-il. "Le futur candidat UMP trouverait-il dans cette posture très humaine, l'opportunité d'une nouvelle image. Voire d'une nouvelle stratégie. Pour mieux rebondir."

"Quand Nicolas Sarkozy s’épanche sur l’hypothèse de sa défaite, ce n’est pas pour le plaisir de s’épancher ou par une subite faiblesse, c’est une habileté pour que l’on en parle", assure Daniel Ruiz (La Montagne). "Cette supposée lassitude distante tient plus de la tactique que de la déprime"..."Le chef de l’État joue de la corde affective, assure le buzz et tente ainsi de resserrer ses troupes".

"Si l’interrogation fait florès dans les allées du pouvoir au point de semer le doute dans la majorité, elle cache en réalité le sens tactique et la science politique du président de la République", renchérit Yann Marec (Le Midi Libre)

"L’objectif ? Reprendre la main". En effet, poursuit l'éditorialiste "comment imaginer...que le président de la République, dont l’exercice du pouvoir représente la finalité d’une vie, puisse le laisser sans combattre ?" En vérité, estime Marec, "sa sortie ou non de l’exécutif sera effective au soir des urnes. Et seulement au soir des urnes."

Première publication : 25/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy en campagne en Guyane une semaine après François Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy promet de débloquer 430 millions d'euros pour l'emploi

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    En visite en Guyane, François Hollande donne la réplique à Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)