Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France : une rentrée politique sous le signe de la division

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux : "La loi Macron est insuffisante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : La Nouvelle-Orléans en pleine renaissance artistique

En savoir plus

FOCUS

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans vibre à nouveau

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Delerm, l'amoureux de la vie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Peter Gumbel : "En France, les inégalités à l'école sont croissantes"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bernardino Leon : "Un accord en Libye est possible autour du 10 septembre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort en direct"

En savoir plus

Economie

À Davos, l'élite économique et financière se penche sur un monde en crise

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

Ce mercredi à Davos, en Suisse, le 42e Forum économique mondial, qui réunit les patrons des plus grandes entreprises et une quarantaine de chefs d'État, s'ouvre en pleine crise économique.

 AFP - Les dirigeants de l'élite politique, économique et financière de la planète se retrouvent mercredi à Davos (est) pour leur grand rendez-vous annuel, loin des tumultes d'un monde "épuisé" par la crise et des incertitudes entourant son avenir économique.

Une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement vont rejoindre les centaines de chefs d'entreprise venus de tous les continents pour cinq jours de conférences et de débats. D'autres, plus novices comme le nouveau Premier ministre tunisien, l'islamiste Hamadi Jebali, ou des des représentants du gouvernement birman, seront également présents.

Coup d'envoi du Forum économique mondial


La chancelière allemande Angela Merkel, déjà présente l'an dernier, prononcera mercredi après-midi le discours inaugural de cette 42ème session du Forum économique mondial (WEF). Les déclarations de la dirigeante de la première économie européenne sont une nouvelle fois très attendues.

La Grèce n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise, les négociations qu'elle mène avec ses créanciers privés (banques, fonds d'investissement, etc) ne sont toujours pas bouclées et même si les marchés accordent depuis le début de l'année un moment de répit aux Européens, la crise est encore loin d'être réglée.

Une fois encore, tous les regards sont tournés vers l'Allemagne dont beaucoup attendent, en Europe et ailleurs, un geste pour rassurer durablement les marchés.

"Le monde est dans un état de +burn out+ (épuisement) total", avait déclaré fin décembre le fondateur et président du Forump, Klaus Schwab. "Nous avons échoué à retenir les leçons de la crise financière de 2009. Une transformation mondiale doit avoir lieu d'urgence et cela doit commencer en rétablissant une forme de responsabilité sociale", a-t-il renchéri il y a quelques jours.

Les thèmes retenus pour cette édition 2012 du Forum en disent long sur l'inquiétude de ses organisateurs: "Le capitalisme du XXème siècle est-il en train de flouer la société du XXIème siècle ?", "Risques globaux en 2012: les graines de la désillusion" ou encore "Réparer le capitalisme".

Contrairement à l'édition précédente, le président français Nicolas Sarkozy ne rejoindra pas la chancelière allemande à Davos. La venue du Premier ministre François Fillon, un moment annoncée, n'a pas été confirmée.

Le ministre des Finances François Baroin sera lui bien présent aux côtés de son homologue allemand Wolfgang Schäuble. Les Etats-Unis seront représentés par leur secrétaire au Trésor Timothy Geithner mais la Chine fera profil bas, nouvel an chinois oblige.

Quelque 5.000 policiers et militaires suisses protègent ce grand rassemblement des dirigeants de la planète.

Première publication : 25/01/2012

  • CRISE DE L'EURO

    Le FMI prône un relâchement de la rigueur budgétaire

    En savoir plus

  • FINANCE INTERNATIONALE

    Le FMI a besoin de 600 milliards de dollars supplémentaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un sommet social de "crise" coincé entre la perte du triple A et la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)