Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

asie

Un manifestant tibétain abattu par les forces de police

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

La police chinoise a ouvert le feu, mardi, sur des Tibétains qui s'étaient rassemblés dans une zone tibétaine du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, pour protester contre la répression dont leur ethnie fait l'objet. Un manifestant a été tué.

AFP - Les troubles s'étendaient dans des zones tibétaines du sud-ouest de la Chine où les forces de sécurité ont de nouveau tué par balles au moins un manifestant dans le Sichuan, province quasi sous black-out mercredi et d'où les informations filtraient difficilement.
              
Ces violences, les plus graves depuis 2008 dans le plateau tibétain, ont poussé mardi les Etats-Unis à se dire "très inquiets" et le gouvernement tibétain en exil en Inde à presser mercredi la communauté internationale à "intervenir pour empêcher un nouveau bain de sang".
              
La province du Sichuan, proche de la Région autonome du Tibet et qui compte une importante population d'ethnie tibétaine, est secouée depuis lundi par des manifestations dont la répression a fait de deux à une dizaine de morts, selon les sources.
              
Elle a également été le théâtre de la majorité des 16 immolations ou tentatives d'immolation par le feu de moines et nonnes bouddhistes depuis mars 2011, protestations tragiques contre la répression de leurs libertés religieuses et de leur culture.
              
En début de semaine, des tracts affirmaient que de nouveaux Tibétains du Sichuan se déclaraient prêts à s'immoler par le feu.
              
Lundi, les forces de sécurité ont tiré sur des manifestants "non armés", faisant de deux à six morts, non loin du monastère de Drakgo, à Luhuo, dans la préfecture tibétaine de Ganzi, selon des ONG et des exilés tibétains.
              
Pékin a confirmé le lendemain un seul mort, tombé sous les balles de sa police, en évoquant une riposte à une attaque à coups de pierre d'un "gang" comprenant des moines.
              
Mardi les troubles se sont poursuivis: entre deux et cinq Tibétains ont été tués par balles par la police chinoise dans la même préfecture, ont annoncé l'organisation Free Tibet et la radio américaine Radio Free Asia (RFA).
              
L'agence Chine nouvelle a confirmé mercredi que la police chinoise avait tué la veille un "émeutier" lorsque des manifestants tibétains ont tenté de prendre d'assaut un commissariat.
              
"La police a été obligée d'ouvrir le feu, tuant un émeutier et en blessant un autre", a rapporté Chine nouvelle.
              
Citant un officier de police, l'agence officielle a raconté que les manifestants avaient attaqué le commissariat de Changguan, dans la ville de Seda, "avec des bonbonnes de gaz, des couteaux et des pierres".
              
"Ils ont aussi ouvert le feu sur nous, blessant 14 policiers", a poursuivi cette source. La police a tiré après l'échec de ses appels au calme et de l'usage d'armes non léthales pour disperser la foule, a assuré Chine nouvelle.
              
Il était extrêmement difficile mercredi de joindre des moines ou des habitants de la préfecture de Ganzi, qui semblait être sous black-out.
              
Les autorités locales, la police et les habitants de Seda étaient injoignables.
              
Lundi et mardi, l'AFP avait pu joindre des moines du monastère de Drakgo, à Luhuo, investi par des milliers de membres de la police armée, mais mercredi personne n'était joignable dans cette localité.
              
Les téléphones de la police et la municipalité y sonnaient en permanence occupé, de même que ceux de tous les hôtels et restaurants du district voisin de Daofu, laissant penser que les liaisons téléphoniques avaient été coupées.
              
L'association basée à Londres Free Tibet a fait état pour sa part d'une autre manifestation de Tibétains du Sichuan, lundi, dans le district d'Aba -- haut lieu de la résistance des moines bouddhistes -- dispersée par des gaz lacrymogènes.
              
Dans ce district, un hôtelier a indiqué à l'AFP voir "de nombreux membres des forces de la sécurité et des véhicules de transport de troupes dans les rues".
              
"Aucune personne étrangère à la localité ne peut y entrer à moins d'avoir un laissez-passer", a-t-il dit.
              
Pékin assure garantir aux Tibétains la liberté de leur culte et de leurs pratiques culturelles ainsi qu'une augmentation de leur niveau de vie grâce à des investissements importants dans ces zones sous-développées.
              
Mais les associations de Tibétains font état d'une répression accrue depuis les grandes émeutes antichinoises de 2008, notamment dans les monastères, qui à son tour alimente une révolte grandissante contre le joug de Pékin.
             

Première publication : 25/01/2012

  • CHINE

    Un moine tibétain condamné à 11 ans de prison après l'immolation d'un jeune bonze

    En savoir plus

  • TIBET

    Le dalaï-lama annonce sa retraite politique

    En savoir plus

  • CHINE

    Human Rights Watch dénonce la répression chinoise contre les émeutes de 2008 au Tibet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)