Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy rend hommage aux soldats tués en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2012

En Isère, Nicolas Sarkozy a rendu hommage aux quatre soldats tués la semaine dernière en Afghanistan. Une cérémonie durant laquelle le chef de l'État a rappelé l'importance du maintien de l'armée française dans ce pays en proie au "terrorisme".

REUTERS - Les quatre soldats français tués en Afghanistan sont des victimes du terrorisme qu'ils étaient venus combattre, a déclaré mercredi Nicolas Sarkozy en leur rendant un hommage solennel.

Dans la grande cour de la caserne du 93e régiment d'artillerie de montagne de Varces (Isère), dont étaient issus trois des quatre militaires tuès la semaine dernière, le chef de
l'Etat a prononcé une allocution avant de décorer les quatre cercueils, enveloppés dans des drapeaux tricolores, des insignes de chevalier de la Légion d'honneur.

"Nos soldats ont été tués pour le courage, pour l'aide et pour l'espoir qu'ils apportent aux Afghans qui luttent pour la paix et la stabilité de cette région du monde", a déclaré Nicolas Sarkozy, qui recevra vendredi le président afghan, Hamid Karzaï.

"Mais ne nous trompons pas de colère", a ajouté le chef de l'Etat. "L'ennemi, aujourd'hui, c'est une fois encore le terrorisme qui, prenant le visage de nos alliés, sous les dehors de l'armée régulière, a voulu frapper, à travers la France, l'idée même de liberté".

La France dispose d'environ 3.600 militaires en Afghanistan. Dans le sillage des Etats-Unis, elle a prévu de les retirer d'ici à 2014, date à laquelle les autorités afghanes sont censées assurer elles-même la sécurité de leur pays.

Pas de retrait précipité

Nicolas Sarkozy avait laissé entendre après la mort des quatre soldats, abattus par un soldat afghan lors d'une séance de footing, que la France pourrait accélérer son retrait si les conditions n'étaient pas réunies pour assurer la sécurité du contingent français.

Mais Alain Juppé a affirmé mardi que la France ne céderait pas à la panique en se retirant précipitamment d'Afghanistan.

Nicolas Sarkozy a dit mercredi "pouvoir compter sur le courage et l'énergie (des militaires)" pour poursuivre leurs missions en Afghanistan.

"L'armée nationale afghane a mis sa confiance dans nos soldats car elle connaît leurs compétences. "

Pour l'occasion, 500 militaires sur les 1.200 que compte la caserne de Varces s'étaient rassemblés dans la cour ainsi que quelque 350 anonymes qui avaient répondu à l'ouverture au public de la cérémonie décidée la veille au soir.

Dans la foule, Gérard, 68 ans, dit être venu pour exprimer sa colère: "Il est inadmissible qu'on laisse des jeunes, comme ça, se laisser tuer par des terroristes", a-t-il dit. "Moi, je
souhaite le retrait des troupes françaises d'Afghanistan".

Michèle, grand-mère de 67 ans, est venue soutenir par sa présence les familles endeuillées. "Mon petit-fils est dans la classe du fils d'un des soldats tués", confie-t-elle, les larmes aux yeux. "On vient rendre hommage à ses jeunes qui oeuvrent pour un monde de paix".

Le chef de l'Etat s'est entretenu avant de partir pendant près d'une heure avec les familles des quatre victimes, ainsi qu'avec les familles des blessés.
 

Première publication : 25/01/2012

  • AFGHANISTAN

    Paris exclut un retrait anticipé de ses troupes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le soldat afghan dit avoir tué les militaires français à cause d'une vidéo

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Washington et Paris s'entendent sur la poursuite de leur mission sur le terrain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)