Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

"Les solutions aux problèmes du monde ne viendront pas de Davos"

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/01/2012

Chefs d’État et responsables économiques sont réunis depuis mercredi à Davos, en Suisse, pour le 42e Forum économique mondial. Mais alors que la planète finance et l’élite économique sont stigmatisées, ce sommet a-t-il encore une raison d'être ?

"Le monde est dans un état d’épuisement total". Ce constat avait été dressé, fin novembre, par Klaus Schwab, président et fondateur du Forum économique mondial dont la 42e édition a débuté mercredi 25 janvier à Davos en Suisse. À l’heure où le rôle du monde de la finance dans la crise est pointé du doigt et où l’incapacité des dirigeants à trouver des solutions pour doper la croissance est soulignée, ce rassemblement peut paraître déplacé voire anachronique. Dans quel état se trouve en effet

A Davos, un changement dans la continuité ?

le célèbre forum qui réunit, chaque année pendant quatre jours, l’élite économique et politique mondiale ? Jean Imbs, économiste à l’École d’économie de Paris, explique à FRANCE 24 qu’il ne faut pas surestimer l’importance de Davos.

FRANCE 24 : Est-ce que le sommet de Davos a encore une raison d’être alors qu'il réunit décideurs économiques et représentants du monde de la finance, responsables pour certains, de la situation économique actuelle ?
Jean Imbs : Il ne faut pas se tromper sur ce qu’est le Forum économique mondial de Davos. Ce n’est pas un sommet pour prendre des décisions, mais c’est une sorte de rendez-vous où les grands de ce monde se retrouvent pour cultiver leurs réseaux et discuter entre eux des problèmes de ce monde.

C’est pourquoi j’ai du mal à comprendre que Davos soit pris pour cible par les opposants au système actuel. Je trouverais plus logique - sans pour autant le cautionner - de s’en prendre à des institutions comme l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou le Fonds monétaire internationale (FMI).

F24 : Pourtant, il y a quelques années, les conclusions des discussions qui se tenaient à Davos étaient attendues comme des analyses presque définitives des grands problèmes de ce monde...
J. I. : Oui, il y a eu une surenchère médiatique et une bulle autour de ce qui se disait lors du Forum ces dernières années. L’un des changements induits par la crise financière puis économique est d’avoir remis Davos à sa place et de ne plus en faire un lieu d’où viennent les solutions aux problèmes du monde.
Je pense que ce sommet est le reflet de la pensée économique sur le rôle de la déreglementation et de l’État providence. Cette année, les discussions devraient davantage mettre en avant l’importance de réglementer les marchés financiers.

F24 : Dans ce cas, Davos a-t-il encore un intérêt ou est-ce devenu un sommet anachronique ?
J. I. : Le sommet est en fait une voix parmi tant d’autres, comme les instituts de statistiques et les clubs de réflexion, dans le débat économique actuel. L’avantage du Forum économique mondial c’est qu’il rassemble au même endroit un grand nombre de décideurs et que par conséquent il est intéressant d’avoir le point de vue de personnes qui ont un accès direct à l’information. Ainsi, le discours d’Angela Merkel [de mercredi après-midi, NDLR] devrait en dire long sur les enjeux de la crise dans la zone euro.

Première publication : 25/01/2012

  • FINANCE

    À Davos, l'élite économique et financière se penche sur un monde en crise

    En savoir plus

  • CRISE DE L'EURO

    Le FMI prône un relâchement de la rigueur budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)