Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

Economie

"Les solutions aux problèmes du monde ne viendront pas de Davos"

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/01/2012

Chefs d’État et responsables économiques sont réunis depuis mercredi à Davos, en Suisse, pour le 42e Forum économique mondial. Mais alors que la planète finance et l’élite économique sont stigmatisées, ce sommet a-t-il encore une raison d'être ?

"Le monde est dans un état d’épuisement total". Ce constat avait été dressé, fin novembre, par Klaus Schwab, président et fondateur du Forum économique mondial dont la 42e édition a débuté mercredi 25 janvier à Davos en Suisse. À l’heure où le rôle du monde de la finance dans la crise est pointé du doigt et où l’incapacité des dirigeants à trouver des solutions pour doper la croissance est soulignée, ce rassemblement peut paraître déplacé voire anachronique. Dans quel état se trouve en effet

A Davos, un changement dans la continuité ?

le célèbre forum qui réunit, chaque année pendant quatre jours, l’élite économique et politique mondiale ? Jean Imbs, économiste à l’École d’économie de Paris, explique à FRANCE 24 qu’il ne faut pas surestimer l’importance de Davos.

FRANCE 24 : Est-ce que le sommet de Davos a encore une raison d’être alors qu'il réunit décideurs économiques et représentants du monde de la finance, responsables pour certains, de la situation économique actuelle ?
Jean Imbs : Il ne faut pas se tromper sur ce qu’est le Forum économique mondial de Davos. Ce n’est pas un sommet pour prendre des décisions, mais c’est une sorte de rendez-vous où les grands de ce monde se retrouvent pour cultiver leurs réseaux et discuter entre eux des problèmes de ce monde.

C’est pourquoi j’ai du mal à comprendre que Davos soit pris pour cible par les opposants au système actuel. Je trouverais plus logique - sans pour autant le cautionner - de s’en prendre à des institutions comme l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou le Fonds monétaire internationale (FMI).

F24 : Pourtant, il y a quelques années, les conclusions des discussions qui se tenaient à Davos étaient attendues comme des analyses presque définitives des grands problèmes de ce monde...
J. I. : Oui, il y a eu une surenchère médiatique et une bulle autour de ce qui se disait lors du Forum ces dernières années. L’un des changements induits par la crise financière puis économique est d’avoir remis Davos à sa place et de ne plus en faire un lieu d’où viennent les solutions aux problèmes du monde.
Je pense que ce sommet est le reflet de la pensée économique sur le rôle de la déreglementation et de l’État providence. Cette année, les discussions devraient davantage mettre en avant l’importance de réglementer les marchés financiers.

F24 : Dans ce cas, Davos a-t-il encore un intérêt ou est-ce devenu un sommet anachronique ?
J. I. : Le sommet est en fait une voix parmi tant d’autres, comme les instituts de statistiques et les clubs de réflexion, dans le débat économique actuel. L’avantage du Forum économique mondial c’est qu’il rassemble au même endroit un grand nombre de décideurs et que par conséquent il est intéressant d’avoir le point de vue de personnes qui ont un accès direct à l’information. Ainsi, le discours d’Angela Merkel [de mercredi après-midi, NDLR] devrait en dire long sur les enjeux de la crise dans la zone euro.

Première publication : 25/01/2012

  • FINANCE

    À Davos, l'élite économique et financière se penche sur un monde en crise

    En savoir plus

  • CRISE DE L'EURO

    Le FMI prône un relâchement de la rigueur budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)