Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Le budget de la Défense américaine placé sous le signe de l'austérité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2012

Alors que les États-Unis sont confrontés à un déficit public abyssal, Leon Panetta, le chef du Pentagone, a présenté des orientations budgétaires placées sous le signe de l'austérité : l'armée de terre va perdre 13 % de ses effectifs d'ici 2017.

AFP - Moins de soldats mais une armée à la pointe de la technologie, avec les yeux fixés sur l'Asie et le Moyen-Orient: le chef du Pentagone Leon Panetta a présenté jeudi ses orientations budgétaires, reflets de l'austérité qui attend la défense américaine ces prochaines années.
              

Alors que le pays est confronté à un déficit public abyssal, le Congrès impose au Pentagone de trouver 487 milliards d'économies au cours des dix prochaines années.
              
"Nous sommes à un tournant stratégique après une décennie de guerre et une augmentation substantielle de nos dépenses", a déclaré le secrétaire à la Défense en préambule d'une conférence de presse où il a présenté ses orientations budgétaires.
              
Elles s'appuient sur la nouvelle stratégie dévoilée au début du mois par le président Barack Obama qui érige l'Asie-Pacifique et le Moyen-Orient comme priorités et rejette les longues et coûteuses opérations de contre-insurrection, comme en Irak et en Afghanistan.
              
L'armée de Terre va donc perdre 13% de ses effectifs en passant de 565.000 hommes à 490.000 d'ici 2017 et le corps d'élite des Marines passer de 201.000 à 182.000 hommes. Les forces terrestres perdront au total près de 100.000 hommes mais resteront plus nombreuses qu'en 2001.
              
Dans ce cadre, deux brigades de combat sur les quatre basées en Europe, comptant plus de 7.000 militaires, seront rapatriées voire supprimées.
              
Les Etats-Unis resteront cependant "capables de vaincre n'importe quel adversaire sur terre", a assuré M. Panetta, rappelant que l'accent sera mis sur les investissements dans les satellites, drones et autres technologies d'observation ainsi que les forces spéciales.
              
"Nous avons fait en toute conscience le choix de ne pas maintenir plus d'effectifs que nous ne pouvons nous permettre d'entraîner et d'équiper correctement", a plaidé le ministre.
              
Quelque 90.000 militaires américains sont toujours déployés en Afghanistan. La réduction d'effectifs s'effectuera essentiellement après le retrait des forces du pays en 2014.
              
Corollaire de ces décisions, il n'y aura plus besoin d'autant de bases sur le territoire américain et une commission du Congrès devra être instaurée pour identifier les implantations à supprimer.
              
L'armée de l'Air perdra six de ses 60 escadrons d'avions de combat, soit environ 120 appareils, la flotte de transport aérien sera réduite et des vieux navires seront retirés du service.
              
Les coupes budgétaires commenceront à affecter le Pentagone dès l'exercice 2013 (octobre 2012 - septembre 2013). M. Panetta a dévoilé que le projet de budget, qui sera officiellement présenté le 13 février, est en baisse de 9% par rapport à celui soumis par le Pentagone l'an passé. Il s'élève à 525 milliards pour le budget "de base", auquel s'ajoutent 88,4 milliards pour la guerre en Afghanistan, soit un total de 613,4 milliards.
              
Depuis la présentation du dernier budget en février 2011, la lutte contre le déficit fédéral est devenue une priorité nationale. Mais les orientations budgétaires font la part belle aux moyens d'agir dans la zone Asie-Pacifique, notamment face à la montée en puissance de la Chine.
              
"Ce budget protège, et dans certains cas augmente, les investissements qui sont cruciaux pour notre capacité à projeter notre puissance en Asie et au Moyen-Orient", a estimé Leon Panetta.
              
Les fonds pour la mise au point d'un nouveau bombardier furtif à long rayon d'action seront préservés, de même que 11 porte-avions.
              
Le programme F-35, le futur avion de chasse furtif, demeure "essentiel", selon M. Panetta. L'inflation des coûts de développement conduit cependant le Pentagone à repousser l'achat de plus d'une centaine d'appareils au-delà de 2017, le temps que les problèmes techniques soient réglés, selon un responsable américain de la Défense.
              
Le Pentagone lance également un nouveau programme ambitieux de "base avancée flottante": une sorte de barge géante capable de déployer des drones, hélicoptères et forces spéciales ou encore d'héberger un hopîtal ou de stocker des équipements.
              

 

Première publication : 26/01/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le Pentagone annonce des coupes claires pour ralentir les dépenses militaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les réformes fiscales au cœur du discours de Barack Obama sur l'état de l'Union

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Leon Panetta, un nouveau secrétaire d’État à la Défense qui fait l’unanimité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)