Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

Afrique

Le président nigérian demande aux membres de Boko Haram de s'identifier

©

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/01/2012

Goodluck Jonathan a sommé les islamistes de Boko Haram de s'identifier "clairement" et d'exposer leurs motivations, afin d'établir "une base de dialogue". La secte a multiplié les attaques ces derniers mois, tuant plus de 500 personnes en 2011.

REUTERS - Le président nigérian Goodluck Jonathan a mis au défi jeudi les islamistes de Boko Haram de s’identifier et de formuler clairement leurs exigences comme base de futures discussions.

La secte du nord du Nigeria, majoritairement musulman, multiplie les attaques depuis plusieurs mois. Selon un décompte de l’ONG Human Rights Watch, Boko Haram a tué plus de 500 personnes l’an dernier et plus de 250 depuis le début 2012.

« S’ils s’identifient clairement aujourd’hui et disent pourquoi ils résistent, affrontent le gouvernement, ou détruisent les vies d’innocents (...), il y aura une base de dialogue », a déclaré Goodluck Jonathan, interrogé par Reuters dans sa résidence présidentielle à Abuja.

« La confrontation militaire à elle seule ne supprimera pas les attaques terroristes », a-t-il ajouté, soulignant par exemple la nécessité de réduire le chômage des jeunes, recrues faciles pour la secte extrémiste.

Goodluck Jonathan, originaire du Sud à majorité chrétienne, a estimé que le problème Boko Haram serait beaucoup plus difficile à résoudre que l’insurrection dans le delta du Niger, un conflit en grande partie désamorcé en 2009 grâce à une amnistie que l’actuel président a contribué à obtenir.

« Boko Haram opère sans visage, sans identité claire, il est donc difficile de prendre contact avec un tel groupe », a-t-il souligné. « C’est la grande différence entre Boko Haram et la question du Delta. »

Boko Haram a émergé en 2003 dans la ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec ses 160 millions d’habitants.

La secte a déclenché une insurrection contre le pouvoir central en 2009 réprimée par les forces de sécurité en plusieurs jours d’affrontements qui ont fait 800 morts dans ses rangs. Le chef de Boko Haram à l’époque, Mohammed Yusuf, a été capturé et il est mort en détention. 


 

Première publication : 26/01/2012

  • NIGERIA

    Goodluck Jonathan en visite à Kano après la mort de plus de 160 personnes

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les leaders chrétiens dénoncent un "nettoyage ethnique et religieux"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)