Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

Afrique

MSF dénonce l'emploi de la torture et suspend ses activités à Misrata

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2012

L'organisation humanitaire Médecins sans frontières a interrompu ses activités dans les centres de détention de Misrata, en Libye. L'ONG s'est vu confier des détenus, en cours d'interrogatoires, afin de les soigner entre deux séances de torture.

REUTERS - Médecins sans frontières (MSF) a annoncé jeudi la suspension de ses activités dans les centres de détention de Misrata, en Libye, où l’on demande à ses personnels soignants de traiter des prisonniers entre deux séances de torture.

« Des patients nous ont été confiés au milieu d’un interrogatoire pour des soins médicaux, dans le but de les remettre sur pied pour de nouveaux interrogatoires », a déclaré le directeur général de MSF, Christopher Stokes, dans un communiqué.

« C’est inacceptable. Notre rôle est de fournir des soins médicaux aux blessés de guerre et aux détenus malades, pas de traiter continûment les mêmes patients entre deux séances de torture. »

MSF dit avoir soulevé la question auprès des autorités à Misrata et de l’armée nationale libyenne. « Aucune action n’a été prise », a déclaré Christopher Stokes. « Nous avons par conséquent décidé de suspendre nos activités médicales dans les centres de détention. »

Les cas de maltraitance et de disparitions visant d’anciens kadhafistes embarrassent le Conseil national de transition (CNT) au pouvoir depuis la chute de Mouammar Kadhafi en août, et contredisent ses promesses de rupture avec l’ancien régime.

Si le CNT a appelé la population à s’abstenir de représailles contre les kadhafistes et promet d’enquêter sur les abus, sa capacité d’agir est limitée car dans la plupart des cas, les violations sont commises par des milices locales qui échappent à la chaîne de commandement du CNT.

Amnesty International a dit jeudi avoir des preuves de la mort de plusieurs détenus sous la torture, dont certains à Misrata, l’un des théâtres les plus sanglants de la guerre civile de 2011, à 200 km à l’est de Tripoli.

Première publication : 26/01/2012

  • LIBYE

    Les Nations unies s'inquiètent des agissements des brigades révolutionnaires

    En savoir plus

  • LIBYE

    En butte au pouvoir des milices, le CNT veut promouvoir la réconciliation nationale

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF FRANCE 24

    La Libye a besoin d’une "aide considérable", selon le nouveau Premier ministre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)