Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Afrique

MSF dénonce l'emploi de la torture et suspend ses activités à Misrata

Vidéo par Anthony SAINT-LÉGER , Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2012

L'organisation humanitaire Médecins sans frontières a interrompu ses activités dans les centres de détention de Misrata, en Libye. L'ONG s'est vu confier des détenus, en cours d'interrogatoires, afin de les soigner entre deux séances de torture.

REUTERS - Médecins sans frontières (MSF) a annoncé jeudi la suspension de ses activités dans les centres de détention de Misrata, en Libye, où l’on demande à ses personnels soignants de traiter des prisonniers entre deux séances de torture.

« Des patients nous ont été confiés au milieu d’un interrogatoire pour des soins médicaux, dans le but de les remettre sur pied pour de nouveaux interrogatoires », a déclaré le directeur général de MSF, Christopher Stokes, dans un communiqué.

« C’est inacceptable. Notre rôle est de fournir des soins médicaux aux blessés de guerre et aux détenus malades, pas de traiter continûment les mêmes patients entre deux séances de torture. »

MSF dit avoir soulevé la question auprès des autorités à Misrata et de l’armée nationale libyenne. « Aucune action n’a été prise », a déclaré Christopher Stokes. « Nous avons par conséquent décidé de suspendre nos activités médicales dans les centres de détention. »

Les cas de maltraitance et de disparitions visant d’anciens kadhafistes embarrassent le Conseil national de transition (CNT) au pouvoir depuis la chute de Mouammar Kadhafi en août, et contredisent ses promesses de rupture avec l’ancien régime.

Si le CNT a appelé la population à s’abstenir de représailles contre les kadhafistes et promet d’enquêter sur les abus, sa capacité d’agir est limitée car dans la plupart des cas, les violations sont commises par des milices locales qui échappent à la chaîne de commandement du CNT.

Amnesty International a dit jeudi avoir des preuves de la mort de plusieurs détenus sous la torture, dont certains à Misrata, l’un des théâtres les plus sanglants de la guerre civile de 2011, à 200 km à l’est de Tripoli.

Première publication : 26/01/2012

  • LIBYE

    Les Nations unies s'inquiètent des agissements des brigades révolutionnaires

    En savoir plus

  • LIBYE

    En butte au pouvoir des milices, le CNT veut promouvoir la réconciliation nationale

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF FRANCE 24

    La Libye a besoin d’une "aide considérable", selon le nouveau Premier ministre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)