Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Economie

François Hollande poursuit son opération de séduction

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 27/01/2012

Face à la presse, François Hollande a présenté à la Maison des métallos, à Paris, ses projets en vue de l’élection présidentielle d’avril prochain. Un grand rendez-vous médiatique au cours duquel la famille socialiste a affiché son unité.

Maison des métallos, XIe arrondissement de Paris. Ce lieu culturel, d’ordinaire si calme, s’est métamorphosé jeudi 26 janvier, le temps d’une matinée, en haut lieu de la politique

Les 60 engagements de François Hollande (cliquez sur l'image)

française - et en grand-messe médiatique. C’est là que François Hollande, candidat socialiste à la présidentielle, a choisi de détailler son programme. Quatre jours après le succès de son discours du Bourget, largement salué par les médias, le député de Corrèze y a exposé son projet présidentiel. Plus tôt dans la matinée, il avait dévoilé ses "60 engagements pour la France", publiés dans un livret tiré à 15 millions d’exemplaires. Un court ouvrage dont le format n’est pas sans rappeler le manifeste "Indignez-vous", grand succès du diplomate Stéphane Hessel, que brandissaient les jeunes européens en 2011, "indignés" contre la toute-puissance financière. Un thème de campagne désormais repris par François Hollande.

Dans la verrière surchauffée de la Maison des métallos, face à plusieurs centaines de journalistes venus assister à sa conférence, le candidat socialiste a martelé qu’il souhaitait "lucidité, volonté, justice et clarté" pour le prochain quinquennat. Et de la lucidité, François Hollande a voulu en faire preuve en évoquant la "gravité de la situation économique" en France. La mine sévère, assurant qu’il comprenait le désarroi des Français face à la crise, il a assuré que, désormais, les "ménages les plus aisés" allaient devoir "faire un effort en 2012 et 2013". Dans sa ligne de mire : les niches fiscales qu’il souhaite plafonner à 10 000 euros et l’impôt sur la fortune qu’il augmentera une fois au pouvoir.

Si les ménages les plus aisés ont été appelés à contribuer davantage, le candidat socialiste a en revanche caressé les "classes moyennes" dans le sens du poil, répondant ainsi aux critiques de la majorité au lendemain de son premier grand discours de campagne au Bourget. "Je veux rassurer les classes moyennes, qui ont été ponctionnées pendant cinq ans. Elles n'en peuvent plus, je les comprends", a affirmé François Hollande, costume et cravate sombres. "Toutes nos mesures sont favorables aux classes moyennes", a-t-il insisté en détachant solennellement chaque syllabe.

Hollande séduit le centre et tacle la droite

Martine Aubry, première secrétaire du PS, et Harlem Désir, numéro 2 du parti, pris dans la cohue des caméras.

Pour les "classes les plus modestes", le candidat socialiste a annoncé la création d’un forfait "eau, gaz, électricité" et l’augmentation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire. Il a aussi promis, au cours de son discours, une meilleure maîtrise des dépenses publiques, une justice indépendante, la construction de logements sociaux, le maintien des effectifs dans la police et l’enseignement. Bref, Il s’est attaché à rassurer la gauche, à séduire le centre et à tacler la droite et son leader, sans cependant prononcer le nom de Nicolas Sarkozy : "Tout ce qui est dit sera fait au cours du quinquennat, sans que j'aie à devenir un président qui demande aux Français de me comprendre parce que j'aurais changé de politique ou que la conjoncture aura changé", a-t-il assuré, provoquant quelques rires dans l’assistance.

Aux premiers rangs, Martine Aubry, Laurent Fabius, Bertrand Delanoë et Harlem Désir sourient à l’unisson. L’illustration parfaite d’un "parti rassemblé" dont se vante le candidat socialiste. Quand François Hollande sonne la fin de la conférence de presse, caméras et micros fondent sur chacun d’entre eux, à l’affût d’une réaction. Tout sourire, Ségolène

Bertrand Delanoë, maire de Paris, aux côtés de Laurent Fabius, ancien Premier ministre. Ce dernier a longtemps entretenu des relations tumultueuses avec François Hollande.

Royal se prête au jeu, n’hésitant pas à louer "des réponses précises, chiffrées, crédibles pour sécuriser les Français, leur donner confiance, accompagner le changement en avril et mai prochain". La rancœur de celle qui s’était estimée "oubliée" lors du discours du Bourget, le 22 janvier dernier, semble être un lointain souvenir. La famille socialiste s’affiche en rangs serrés autour de son homme.

Et ce dernier y croit. Galvanisé par les sondages, François Hollande a affiché une foi solide en sa victoire. Dans son discours d’une heure et demie, ponctué de grandiloquents "quand nous serons au pouvoir", pas une fois François Hollande n’a semblé douter de l’issue de l’élection. À l’extérieur de la Maison des métallos, quelques curieux venus flâner lui donnent raison. Nombreux sont ceux qui évoquent le "traumatisme de 2002", lorsque Jacques Chirac, candidat du RPR, et Jean-Marie Le Pen, chef de file de l’extrême droite, s’étaient retrouvés face-à-face au second tour. "Plus jamais ça, lâche notamment Annette, venue "en voisine". Je préfère voter utile dès le premier tour".

 

 


 

Première publication : 26/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande dévoile ses "60 engagements pour la France"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Pour son premier grand meeting, Hollande opte pour un discours "très personnel"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    La perte du triple A, "une mauvaise nouvelle pour Sarkozy et Hollande"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)