Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

Petroplus visé par une enquête préliminaire pour faillite frauduleuse

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/01/2012

Alors que le groupe a demandé la mise en faillite de la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime), le compte bancaire de Petroplus France aurait été amputé d'une centaine de millions d'euros. Une enquête préliminaire a été ouverte.

 AFP - Le raffineur suisse Petroplus a démenti jeudi les allégations de "faillite frauduleuse" en France, alors que le parquet de Nanterre, près de Paris, a ouvert une enquête préliminaire sous le soupçon que le compte bancaire de Petroplus France aurait été amputé d'une centaine de millions d'euros.
              
"Petroplus Holding réfute (...) toutes les allégations de faillite frauduleuse en France", indique le raffineur dans un communiqué.
              
Le raffineur suisse rejette la responsabilité sur la Deutsche Bank, banque de sa société en France. Selon Petroplus, elle a retiré 122 millions d'euros et 59 millions de dollars de son compte, sans en avoir reçu l'ordre.
              
Cette annonce intervient alors que le parquet de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire sous le soupçon que le compte bancaire de Petroplus France aurait été amputé d'une centaine de millions d'euros.
              
Petroplus Holding détaille dans son communiqué des mouvements de fonds sur les comptes de sa société en France.
              
"A l'ouverture des affaires le 23 janvier 2012, le total des soldes sur les comptes bancaires détenus par la filiale française de Petroplus, Petroplus Marketing France SAS, à la Deutsche Bank était de 124 millions d'euros et de 59 millions de dollars", explique Petroplus.
              
"Durant cette journée, la Deutsche Bank, l'un des prêteurs de la facilité de crédit renouvelable (FCR), a retiré 122 millions d'euros et 59 millions de dollars de la somme qui était détenue sur des comptes" en rapport avec "la FCR", détaille Petroplus, sans indiquer où est désormais l'argent.
              
"Aucune entité juridique de Petroplus n'a donné d'instruction ni pris de mesure pour transférer ces fonds des ces comptes français", souligne l'exploitant de raffineries.
              
Jeudi, Moody' a abaissé à "Ca", contre "Caa2" auparavant, la note principale de Petroplus, ce qui équivaut aussi à une situation de "défaut".
              
L'échec des négociations avec les banques créancières et la demande de mise en faillite du groupe ont motivé l'abaissement de la note par Moody's.
 

Première publication : 26/01/2012

  • PÉTROLE

    Le raffineur suisse Petroplus au bord de la faillite

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande fustige l'immobilisme de l'État face aux difficultés de Pétroplus

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)