Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Economie

Image du luxe français, Sonia Rykiel battra bientôt pavillon chinois

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/01/2012

Sonia Rykiel, l'une des dernières maisons françaises de luxe encore indépendante, s'apprête à vendre 80 % de son capital à Fung Brands, un fonds d'investissement hongkongais.

 AFP - Sonia Rykiel, l'une des dernières maisons de luxe française encore indépendante, est en "discussions exclusives" avec la société d'investissement hongkongaise Fung Brands pour lui céder 80% de son capital, a annoncé jeudi la société, confirmant une information du Figaro.

"La famille Rykiel, qui a fondé la maison en 1968, demeurerait un actionnaire significatif avec 20% du capital et assurerait ainsi la continuité avec le nouvel actionnaire", indique la société du Boulevard Saint-Germain dans un communiqué, sans préciser de montant.

L'entreprise familiale française, créée il y a 44 ans par Sonia Rykiel et célèbre pour ses tricots moulants, cherchait depuis la fin du printemps 2011 un éventuel partenaire pour se développer à l'international, mais l'idée était au départ de céder une participation minoritaire.

Nathalie Rykiel, fille de la fondatrice Sonia et actuellement présidente et directrice artistique de la griffe, restera vice-présidente du conseil d'administration.

Fung Brands, créé il y a un an par la famille Fung, propriétaire du groupe chinois Li & Fung coté à Hongkong, est dirigée par un Français, Jean-Marc Loubier, un ancien responsable de Louis Vuitton et ex-PDG de Céline. Elle a déjà repris la majorité du chausseur de luxe drômois Robert Clergerie et du maroquinier belge Delvaux.

"Je me réjouis de l'arrivée de Fung Brands et de l'alliance avec la famille Fung. Leur connaissance du secteur de la mode, leur projet industriel et leur assise financière permettront de pérenniser la marque et de la développer avec succès sur de nouveaux marchés dans le respect de son identité", a déclaré Nathalie Rykiel, cité dans le communiqué.

L'entreprise Sonia Rykiel est toujours bénéficiaire, mais son chiffre d'affaires, qui était encore de plus de 100 millions en 2008, s'est tassé à 90 millions d'euros en 2010 et a stagné en 2011. Le directeur de Fung Brands Jean-Marc Loubier espère le "doubler d'ici cinq à six ans".

Selon Le Figaro, la maroquinerie et les chaussures sont les cibles de développement du nouvel actionnaire.

La fille de Nathalie Rykiel, Lola, continuera à gérer la communication du groupe aux Etats-Unis, précise le journal.

La moitié des ventes du groupe sont réalisées à l'étranger, dans une maison qui employait fin 2010 365 personnes. Sonia Rykiel distribue ses produits dans 30 pays, à travers 65 boutiques Sonia Rykiel et plus de 1.700 autres espaces de vente.

Première publication : 26/01/2012

  • MODE

    Privée de couturier depuis dix mois, la maison Dior affiche une croissance insolente

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Ritz va fermer pour travaux et se séparer de ses 500 salariés

    En savoir plus

  • LUXE

    La maison Gaultier pourrait passer sous pavillon espagnol

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)