Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

Kabila et ses alliés en tête des législatives, selon des résultats partiels

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2012

Selon des résultats partiels portant sur près de 87% des 500 sièges de députés à attribuer, le parti de Joseph Kabila et ses alliés arrivent en tête des législatives du 28 novembre 2011 avec 58 sièges contre 34 pour l'opposant Étienne Tshisekedi.

AFP - Le parti du président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila et ses alliés devancent nettement l'opposition aux élections législatives du 28 novembre 2011, selon les résultats donnés dans la nuit de jeudi à vendredi par la Commission électorale et portant sur près de 87% des 500 sièges à attribuer.

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), du président Kabila, obtient 58 des 432 sièges pour lesquels les résultats ont été annoncés par circonscription par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et totalisés par l'AFP. Le PPRD avait obtenu 111 sièges lors des précédentes législatives de 2006.

En deuxième position arrive le parti de l'opposant Etienne Tshisekedi, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), avec 34 sièges. L'UDPS avait boycotté les élections de 2006 et son leader a récemment considéré "comme nulles" celle de 2011.

Parmi les partis alliés à M. Kabila, quatre se détachent et obtiennent entre une douzaine et plus d'une vingtaine de sièges, alors que du côté de l'opposition deux partis seulement arrivent à des résultats similaires, dont le Mouvement de libération du Congo (MLC), qui recueille 20 sièges. Le MLC était le principal parti d'opposition à l'Assemblée en 2006, avec 64 sièges.

Une centaine de partis devraient être représentés à l'Assemblée, avec un ou deux sièges.

Sur les 432 députés donnés élus par la Céni figurent 44 femmes.

Le reste des chiffres sera livré lundi par la Céni qui a reporté à plusieurs reprises l'annonce -initialement prévue le 13 janvier- des résultats de ce scrutin après la multiplication des critiques sur le processus de compilation et des contestations de candidats.

La Commission électorale a annoncé avoir demandé à la cour suprême de justice -qui proclamera les résultats définitifs d'ici deux mois après examen des probables recours- l'annulation du scrutin dans 7 des 169 circonscriptions à cause de violences ou incidents lors du vote, de même que des poursuites judiciaires pour une quinzaine de candidats accusés de violences.

La Céni avait déjà été critiquée après la publication en décembre des résultats de la présidentielle -couplée aux législatives-, attribuant la victoire au sortant Joseph Kabila mais contestés par Etienne Tshisekedi.

Ce dernier, arrivé deuxième, s'est autoproclamé "président élu" après avoir dénoncé de nombreuses irrégularités lors du scrutin, constatées également par des missions d'observation nationale et internationale.

Première publication : 27/01/2012

  • RD CONGO

    La Céni suspend en partie la publication des résultats des législatives

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Joseph Kabila investi pour un nouveau quinquennat

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Kabila et Tshikesedi revendiquent tous deux la victoire à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)