Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Economie

Le pari politique et économique de Nicolas Sarkozy

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/01/2012

Le président Nicolas Sarkozy passe, dimanche, un grand oral sur cinq chaînes. Il doit dévoiler des mesures, pour améliorer la compétitivité des entreprises, dénoncées à gauche comme des attaques contre les classes moyennes et populaires.

Suivez en direct sur FRANCE 24 l’intervention télévisée du chef de l'État Nicolas Sarkozy à partir de 20h10 (heure de Paris).
 

Pour Nicolas Sarkozy, l’emploi vaut bien une grand-messe médiatique. Dimanche, sur cinq chaînes (TF1, France 2, LCI, BFMTV et i-Télé) celui qui n’est pas encore candidat à sa succession tentera de reprendre l’initiative politique à 84 jours du premier tour de la présidentielle. Nicolas Sarkozy veut prouver aux Français qu’il se préoccupe concrètement de la question du chômage alors que la campagne électorale vient de rentrer dans sa première ligne droite. Mais il espère, en outre, clore la parenthèse enchantée que vient de vivre le candidat socialiste, François Hollande, qui a, de l’avis des principaux commentateurs politiques, réussi à la fois son lancement de campagne au Bourget le 22 janvier, et la présentation de son projet trois jours après.

Mais ça, c’est le scénario idéal pour Nicolas Sarkozy. Car si son passage à l’antenne, dimanche, est tant attendu - à tel point que certains médias comme le Nouvel Observateur pensent qu’il pourrait en profiter pour annoncer sa candidature - c’est que le président prend un risque politique considérable. Au plus bas dans les sondages, il s’apprête à annoncer des mesures économiques qui risquent d’être impopulaires. Il espère que les Français lui feront crédit d’un certain sens des responsabilités en cette période de crise, alors que d’autres jugent qu’il fait “une énorme connerie”, selon un député UMP qui préfère garder l’anonymat, dans le Parisien du 25 janvier.

TVA sociale et 35 heures

Les mesures que Nicolas Sarkozy entend dévoiler sont des “réformes structurelles” du marché du travail, selon la ministre du Budget, Valérie Pecresse, qui ne manqueront pas de soulever l’ire de l’opposition. Symbole de cette prise de risque économique de fin de mandat, la TVA “sociale” que Nicolas Sarkozy avait évoquée lors de ses vœux aux Français. À l’origine, elle aurait dû être débattue lors du “sommet de crise” du 18 janvier avec les partenaires sociaux. Mais devant l’opposition quasi-unanime des syndicats, elle avait été effacée de l’ordre du jour et reportée à plus tard. C’est, finalement, lors de son allocution télévisée que Nicolas Sarkozy devrait préciser les contours de cette mesure qui consiste à alléger les charges sociales et patronales en contrepartie d’une hausse de la TVA. Le but est d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises, mais François Hollande a d’ores et déjà dénoncé mardi 24 janvier à Nice le poids d’une hausse de la TVA qui serait supportée “essentiellement par les classes moyennes et populaires”.

Comme si cela ne suffisait pas, le président devrait également, d’après le Parisien et les Échos, remettre dimanche soir sur le devant de la scène un vieux combat de la droite française : l’abolition de la loi sur les 35 heures. Nicolas Sarkozy pourrait ainsi annoncer des dérogations à la durée du temps de travail. Une mesure qui devrait trouver sa place au sein des “pactes de compétitivité” qui avaient également disparu de l’agenda du sommet “de crise” du 18 janvier. Il s’agit d’accords négociés au sein des entreprises afin de préserver les emplois en échange d’une modulation du temps de travail et/ou d’une baisse de salaire.

Face aux efforts que Nicolas Sarkozy devrait demander aux Français, il a souligné qu’il ferait également des propositions “fortes” en faveur du logement. Le président avait, en effet, regretté à l’issue du sommet “de crise” que l’immobilier soit “trop cher” et “trop rare” en France.

Nul doute, en outre, que Nicolas Sarkozy se réserve quelques annonces surprises pour son grand oral de dimanche. Dans les Échos, l’un des lieutenants du chef de l’État assure qu’il “doit surprendre” et qu’il est “suffisament libéré pour aller très loin”.

Première publication : 27/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande poursuit son opération de séduction

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande s'appuie sur le projet du PS sans en faire un décalque

    En savoir plus

  • FRANCE

    "On ne peut pas affirmer que le vote en 2012 sera un reflet des sondages"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)