Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sommet de la francophonie : Macky Sall "regrette" l'absence de Wade

En savoir plus

À L’AFFICHE !

David LaChapelle, de la mode à l'écologie, 30 ans de photographies

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

Moyen-orient

Des milliers d'Égyptiens rassemblés au Caire pour appeler au changement

Vidéo par Shona Bhattacharyya

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/01/2012

Un an après le soulèvement populaire qui aboutit à la chute d'Hosni Moubarak, des milliers d'Égyptiens se sont à nouveau rassemblés vendredi Place Tahrir pour réclamer le changement après une révolution "inachevée".

REUTERS - Des milliers d'Egyptiens se sont rendus vendredi sur la place Tahrir au Caire pour réclamer des changements démocratiques, promettant de relancer leur révolution inachevée un an après la chute du président Hosni Moubarak.

Après la prière hebdomadaire de la mi-journée, des marches sont parties des différentes mosquées du Caire pour rejoindre la célèbre place, épicentre de la révolte populaire de janvier-février 2011.

La journée avait été placée sous le slogan "de la fierté et de la dignité" par les dizaines de groupes pro-démocratie à l'initiative de la mobilisation. Ces mêmes groupes ont prévu plusieurs actions pour samedi, dont de nouveaux défilés et une autre manifestation place Tahrir.

"A bas le pouvoir militaire!", criaient les manifestants venus de la mosquée Istiqama à Gizeh, en référence au Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute de Moubarak. "La légitimité vient de la place", scandaient-ils en battant des mains et en agitant des drapeaux.

Plusieurs milliers de personnes ont aussi pris la direction des locaux de la télévision d'Etat, à quelques pâtés de maison de la place Tahrir, pour exiger une "épuration" des médias d'Etat, accusés de chercher à monter la population contre les manifestants.

Mais sur la place, un fossé s'est creusé au fur et à mesure de la journée entre les puissants Frères musulmans, grands vainqueurs des récentes élections législatives, et les manifestants anti-armée qui accusent les islamistes de collusion avec les militaires.

Les Frères musulmans occupaient une partie de la place Tahrir, où l'ambiance était plutôt à la fête.

Plus loin, les slogans étaient résolument contre le pouvoir militaire, et nettement moins euphoriques. "Traîtres !", lançait-on à l'adresse des islamistes, entraînant quelques échauffourées entre les deux camps.

Les islamistes ont répliqué en diffusant des sourates du Coran par haut-parleurs, avant de passer l'hymne national dans une tentative de calmer les esprits.

"Aucun des objectifs de la révolution n'a été réalisé. Qu'est-ce qu'ils fêtent?", s'interrogeait Fahd Ibrahim, un manifestant.

"Nous voulons aussi faire avancer les objectifs de la révolution. Nous voulons la même chose, mais chacun prend une route différente", a expliqué Essam Elsawy, membre des Frères musulmans.

Les manifestants réclament tous la fin du recours à des tribunaux militaires pour juger des civils, une restructuration du ministère de l'Intérieur, et le respect des libertés et de la justice sociale. Mais les islamistes insistaient moins sur le départ des militaires du pouvoir.

Plus tôt, l'imam chargé de conduire la prière, cheikh Mazhar Mazhar Shahin, a affirmé que si la révolte avait conduit à des réalisations notables, le chemin vers un Etat démocratique était encore long.

Le peuple "a réussi à faire tomber la tête du régime en seulement 18 jours et à mettre des symboles derrière les barreaux. Néanmoins, la révolution n'a pas atteint tous ses objectifs et c'est ce qui conduit le peuple à descendre de nouveau dans la rue pour ce premier anniversaire", a-t-il lancé.

M. Moubarak, en détention dans un hôpital militaire, est actuellement jugé pour la mort de manifestants durant la révolte, qui a fait officiellement près de 850 morts.

L'armée a promis de rendre le pouvoir aux civils à l'issue d'une élection présidentielle prévue avant juillet, mais nombre d'Egyptiens l'accusent de vouloir préserver ses privilèges.

L'opposant Mohammed ElBaradei a proposé vendredi une nouvelle feuille de route pour le pays, appelant "le Parlement à élire immédiatement un président par intérim", puis à former une commission pour rédiger une nouvelle Constitution.


Première publication : 28/01/2012

  • ÉGYPTE

    Un an après la révolution, le pouvoir militaire sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Les Égyptiens célèbrent la "journée de la révolution" dans un climat d'incertitudes

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    #Jan25, plus qu’un hashtag, une “prise de la Bastille” numérique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)