Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l’est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Bagdad accuse les forces kurdes de la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

FRANCE

"J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2012

Interrogé lors de son intervention télévisée sur son éventuelle candidature à un deuxième mandat, Nicolas Sarkozy a levé les doutes sur ses intentions, indiquant qu'il avait "un rendez-vous avec les Français" et qu'il ne se "dérobera[it] pas".

 AFP - Nicolas Sarkozy a assuré, dimanche soir à la télévision, avoir un "rendez-vous avec les Français" auquel il ne se dérobera pas".

"J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas et franchement, ça approche", a déclaré le chef de l'Etat, pressé de questions sur une candidature à sa réélection.             

"Il y a un calendrier, il y a des obligations, ce n'est pas l'agitation qui me fera changer et vous me demandez mon état d'esprit: très déterminé", a-t-il dit.
              
Lors de cette émission diffusée par au moins six chaînes, il a assuré: "Ce serait peut-être mon intérêt de dire: voilà, j'ai décidé... Mais je suis président de la République du 5e pays au monde".
              
"Parfois je peux en avoir l'impatience tant je constate d'arrogance déplacée", a-t-il dit, sans citer le candidat socialiste François Hollande, très en avance dans les sondages.
              
"Je ne peux pas mettre ce pays en situation d'avoir un président candidat pendant des mois interminables", a dit M. Sarkozy. Il a relevé que la question s'était posée pour tous ses prédécesseurs et "avec sagesse, tous ont pris la même décision: quand on est chef de l'Etat, on a des devoirs, on assume ces devoirs". Il a relevé qu'il y avait "une date-limite" de dépôt des candidatures, le 16 mars.
              
"Les Français, c'est un peuple libre, frondeur, souverain qui ne se laisse imposer sa décision par personne". "J'ai fauté quand j'étais plus jeune, j'ai vu les ravages de l'arrogance", a-t-il confessé à propos de l'élection de 1995 au cours de laquelle son champion Edouard Balladur était présenté comme vainqueur certain. Le Premier ministre avait finalement été évincé du deuxième tour par Jacques Chirac.
              
Interrogé sur son état d'esprit à la fin du quinquennat, et sur les propos "off" rapportés par des journalistes sur une vie après la politique -propos "déformés", a-t-il dit-, M. Sarkozy a tranché: "J'ai bien conscience du ridicule que peuvent avoir des états d'âme personnels alors qu'il y a tant de souffrance et tant d'inquiétude. La personne qui a perdu son emploi et qui me regarde et qui m'écoute, qu'est-ce que ça peut lui faire les états d'âme de celui qui est président de la République ?".
              
Evoquant ses confidences sur l'éventualité d'une défaite, il a commenté: "Le devoir de lucidité, ça compte dans la vie. J'ai un longue vie politique, j'ai connu bien des épreuves, bien des hauts et bien des bas".
              
"En 2007 lorsque j'ai été élu le soir, j'avais préparé deux déclarations -je ne l'ai jamais dit- une si j'étais élu, une si j'étais battu".
              
"Le jour où vous pensez que ce à quoi vous tenez vous est acquis définitivement, ce jour-là vous le perdez et ça vaut sur le plan personnel comme sur le plan professionnel", a-t-il professé.
 

Première publication : 30/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Compétitivité, impôts, logement...: les principales annonces de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le pari politique et économique de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'UMP se mobilise face à la montée en puissance de François Hollande

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)