Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Sports

Victorieux à Rennes, l'OM colle au peloton de tête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2012

L'OM s'est imposé 2 à 1 face au Stade Rennais dimanche en match décalé de la 21e journée de Ligue 1. Une victoire précieuse qui permet aux Phocéens de prendre l'ascendant sur un concurrent direct à la Ligue des Champions.

AFP - Marseille a remporté une dixième victoire en onze matches toutes compétitions confondues en s'imposant en fin de partie à Rennes (2-1), un rival dans la course à la Ligue des champions, et colle ainsi au peloton de tête, dimanche lors de la 21e journée.

Si la série des Olympiens se poursuit grâce à un but de Cheyrou à une dizaine de minutes de la fin (78e), celle des Bretons, battus pour la première fois à domicile cette saison (quatre victoires et cinq nuls jusque-là), s'est arrêtée.

Après les victoires de Paris, Montpellier, Lille et Lyon samedi, ce match valait cher dans la course à l'Europe. Les Marseillais collent à la troisième place, occupé par Lille deux points devant, et doublent des Rennais qui ont une nouvelle fois affiché leurs limites.

Battus la saison dernière ici-même par les Olympiens (0-2), une défaite qui avait précipité leur chute de la fin de saison, ils venaient mesurer les progrès accomplis. S'ils ont à coup sûr gagné en expérience et en maîtrise, l'absence de poids devant, notamment de Montano, reste un handicap certain auquel ne peut remédier à lui seul Erding, entré à une demi-heure de la fin pour son premier match sous ses nouvelles couleurs.

Bien compact au milieu et se projetant vite sur les ailes, les hommes de Frédéric Antonetti auraient mérité de mener à la pause avec plus de réalisme devant. Ils cueillaient ainsi Marseille à froid dès la 14e minute, Doumbia profitant d'un ballon mal dégagé par la défense olympienne pour tromper Mandanda des 25 mètres à ras de terre.

Marseille invaincu depuis mi-novembre

Les Marseillais, dominés, s'en remettaient de leur côté à la patte de Cheyrou, qui décalait Lucho dans la surface (tir à côté, 23e) puis centrait pour Amalfitano, dont la tête retournée était claquée en corner par Diallo (28e).

C'était le premier et seul tir cadré en première période de l'OM, qui aurait pu encaisser un deuxième but si Brahimi, en verve sur son côté gauche, avait choisi le centre plutôt que la frappe après avoir enrhumé Azpilicueta (39e).

Les Rennais allaient le regretter quelques minutes plus tard quand le centre de Rémy, jusque-là peu sollicité, était dévié dans son but par Apam (43e).

L'OM a finalement pris le contrôle du match en seconde période face à des Rennais qui ont baissé de pied physiquement et ont rendu beaucoup trop vite le ballon. Si Nkoulou a contré in extremis le tir de Kembo, bien servi par Féret après une combinaison avec Brahimi (49e), la plupart des occasions de la seconde période ont été marseillaises.

Rémy expédiait une tête de peu à côté (64e) avant de décocher une lourde frappe au-dessus (66e), mais la délivrance venait de Cheyrou, dont la frappe puissante ne pouvait qu'être déviée par Diallo, qui disputait, à 19 ans, son deuxième match en Ligue 1, en remplacement de Costil, suspendu.

Un but finalement logique pour des Marseillais qui n'ont désormais plus perdu depuis mi-novembre, à Montpellier.

 

Première publication : 30/01/2012

COMMENTAIRE(S)