Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

asie

Une délégation d'inspecteurs de l'AIEA est arrivée à Téhéran

Vidéo par Mounia Ben Aïssa , Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2012

Un groupe d'inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est arrivé dimanche matin à Téhéran. Cette délégation est chargée d'entamer le dialogue avec des responsables iraniens sur le programme nucléaire.

AFP - Une délégation d'inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), conduite par son chef, est arrivée tôt dimanche matin en Iran pour une mission destinée à régler ce que l'AIEA appelle "des questions en suspens" sur le programme nucléaire iranien.

Avant son départ de Vienne pour un séjour de trois jours en Iran, le chef des inspecteurs de l'AIEA, le Belge Herman Nackaerts, avait appelé Téhéran à reprendre le dialogue.

"Nous sommes impatients de commencer le dialogue, un dialogue qui aurait dû être entamé depuis déjà très longtemps", a-t-il déclaré samedi à des journalistes à l'aéroport de Vienne.

L'AIEA espère en particulier que l'Iran va discuter avec ses inspecteurs d'une "possible dimension militaire" de son programme nucléaire, a-t-il ajouté.

"Nous essayons de résoudre toutes les questions en suspens avec l'Iran", a-t-il encore dit.

Au cours de son séjour de trois jours en Iran, à la tête d'une équipe de six experts, M. Nackaerts doit s'entretenir avec des responsables iraniens, selon l'agence officielle IRNA.

La délégation comprend notamment le numéro 2 de l'AIEA l'Argentin Rafael Grossi, a indiqué l'agence iranienne ajoutant que les inspecteurs "visiteront probablement le site de Fardo" (sud-ouest) où se trouve la seconde usine d'enrichissement d'uranium d'Iran.

L'Agence internationale de l'énergie atomique avait annoncé le 9 janvier que que l'Iran avait commencé la production controversée d'uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo, enfoui sous une montagne et difficile à attaquer. L'uranium enrichi à moins de 20% est utilisé uniquement à des fins civiles mais si l'enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.

L'agence IRNA n'a pas fourni d'autres détails sur la délégation, mais des diplomates à Vienne ont indiqué que la directrice des affaires juridiques de l'agence, l'Américaine Peri Lynne Johnson, devait faire partie du groupe.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, actuellement à Addis Abeba pour le sommet de l'Union africaine, s'est déclaré "optimiste" sur la venue de la délégation de l'AIEA, a indiqué dimanche IRNA.

"Nous avons toujours eu une large et étroite collaboration avec l'agence et nous avons toujours maintenu la transparence comme l'un de nos principes de travail avec l'agence", a-t-il déclaré.

La visite de la délégation de l'AIEA survient alors que cette dernière avait évoqué dans un rapport en novembre 2011 une "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien.

La publication de ce rapport avait entraîné une augmentation de la pression des Etats-Unis et de l'UE sur l'Iran.

Les pays occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours nié.

"Nous avons des informations indiquant que l'Iran a engagé des activités relatives au développement d'un engin explosif nucléaire", avait déclaré le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano vendredi à Davos (Suisse), demandant à l'Iran de "clarifier" sa situation par l'intermédiaire de la mission à venir.

Il a dit espérer que l'Iran adopte "une approche constructive", alors que les efforts précédents de l'Agence s'étaient heurtés à "un manque de coopération".

L'agence enquête depuis huit ans, sans être en mesure de déterminer avec certitude si le programme nucléaire iranien est de nature purement pacifique, comme l'affirme la République islamique, ou bien également militaire.

Dans le rapport publié en novembre, l'AIEA avait toutefois présenté un large faisceau d'éléments, jugés crédibles, indiquant que l'Iran avait travaillé à la mise au point de l'arme nucléaire. Une assertion rejetée en bloc par Téhéran.

L'Iran, qui a réaffirmé le caractère exclusivement pacifique de son programme nucléaire, est déjà l'objet de quatre sanctions des Nations unies.
 

Première publication : 29/01/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'UE impose un embargo pétrolier sans précédent contre l'Iran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L'AIEA se rendra en Iran fin janvier

    En savoir plus

  • ANALYSE

    La guerre feutrée du Mossad en Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)