Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy annonce des mesures "choc" et précise ses intentions

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2012

Le président Nicolas Sarkozy, qui est intervenu à la télévision dimanche soir pendant plus d'une heure, a présenté une série de mesures fortes, notamment une hausse de la TVA. Sans annoncer sa candidature, il a levé les doutes sur ses intentions.

AFP - Nicolas Sarkozy, venu dimanche à la télévision, a refusé de dire s'il était candidat ou non à sa réélection, tout en dévoilant des mesures "choc" anti-chômage, dont des hausses de TVA et de CSG.

Logement, apprentissage, financement de l'industrie et de la protection sociale: M. Sarkozy a profité de sa prestation diffusée en direct par au moins six chaînes (TF1, France 2, BFMTV, ITélé, LCI, LCP), pour abattre une carte politique majeure, à moins de trois mois de la présidentielle.

Il s'est exprimé "en tant que chef de l'Etat" et non en candidat, alors que dans son camp on le presse de se déclarer pour contrer l'avance du PS François Hollande.
              
"La crise financière s'apaise, on n'est plus au bord du gouffre", a-t-il assuré, en ouverture de cette émission peu après 20H10. Il a indiqué que les chiffres de déficit français seraient meilleurs que prévu.
              
Dix jours après son "sommet social", M. Sarkozy a aussi annoncé ses arbitrages sur des réformes d'urgence destinées à doper la compétitivité des entreprises, et donc favoriser l'emploi. "La France se vide de son sang industriel, il faut arrêter ça", a-t-il dit.
              
Le chômage a retrouvé en 2011 son plus haut niveau depuis 12 ans: 150.000 personnes supplémentaires sans emploi en un an, un million de plus depuis 2007. Cette année-là, le candidat Sarkozy avait promis de ramener le taux de chômage à 5%. Il frôle la barre des 10%.

Peaufinées lors d'une ultime réunion d'arbitrage samedi, les annonces du président sont déjà largement connues. L'hostilité qu'elles suscitent aussi.

La hausse de la TVA

La TVA passera à 21,2% le 1er octobre

Le taux normal de TVA augmentera au 1er octobre de 1,6 point, passant de 19,6% à 21,2%, et la CSG sur les revenus financiers sera relevée de deux points, afin de compenser 13 milliards d'euros de baisses de charges patronales, a annoncé le président Nicolas Sarkozy.
              
Les entreprises bénéficieront d'une exonération totale des charges familiales patronales sur les salaires compris entre 1,6 et 2,1 fois le Smic, a-t-il dit lors d'une interview diffusée sur plusieurs chaînes de télévision. Ces allègements de charges seront ensuite dégressifs, et s'arrêteront au-delà de 2,4 fois le Smic, a-t-il ajouté.

 

A commencer par la hausse de la TVA. Nicolas Sarkozy a annoncé un relèvement de 1,6 point de son taux normal (19,6% à 21,2%) à partir du 1er octobre. Quant à la Contribution sociale généralisée, elle sera augmentée de deux points sur les revenus financiers.
              
Cette réforme de la TVA, qui rabotera le pouvoir d'achat, suscite de nombreuses critiques. François Hollande a dénoncé "un mauvais principe et un mauvais instrument". Cette mesure "n'aura aucun effet sensible sur le coût du travail", a tranché le candidat du MoDem François Bayrou.
              
"Très mauvaise idée", a déploré la candidate EELV Eva Joly.

M. Sarkozy a aussi annoncé que toute construction pourrait s'agrandir de 30% pour tenter de faire face à la crise du logement. Le quota de jeunes en apprentissage dans les entreprises de plus de 250 salariés sera élevé à 5%, avec sanctions aggravées pour les contrevenantes.
              
Dans la majorité aussi, ministres et députés s'inquiètent des effets de cette hausse de la TVA, envisagée entre les deux tours des législatives de 2007 et qui leur avait coûté plusieurs dizaines de sièges. "Un suicide politique", a soupiré le député UMP Lionnel Luca.
              
S'ériger en président du "courage"

La taxe sur les transactions financières applicable en août

La taxe sur les transactions financières sera de 0,1% sur les titres de toutes les entreprises cotées en France, même si l’achat est effectué hors de France, a annoncé Nicolas Sarkozy.

Les CDS seront également taxés, ainsi que "les achats spéculatifs par ordinateur", a ajouté le président français lors d’un entretien télévisé, sans plus de précision.

La taxe entrera en vigueur au mois d’août de cette année et son produit pour l’Etat est attendu à un milliard d’euros en année pleine, ce qui permettra de réduire le déficit.

Même si la plupart n'entreront pas en vigueur avec la présidentielle, Nicolas Sarkozy espère un choc positif dans l'opinion et veut s'ériger en président du "courage". Un peu à l'image de l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, qui avait lancé en 2003/2004 des mesures impopulaires pour muscler l'industrie et redresser les finances de son pays, avant d'être battu par Angela Merkel.
              
"La seule manière de rebondir pour Nicolas Sarkozy, c'est de faire des choses lourdes", a résumé un des "visiteurs du soir" de l'Elysée, Alain Minc.
              
Mais en coulisses, nombre de responsables et d'élus de droite ne cachent plus leurs doutes sur cette stratégie, alors que le président sortant est toujours donné largement battu par François Hollande.
              
Des cadres de la majorité le pressent d'anticiper l'annonce de sa candidature, programmée pour mars.
              
"Sa prestation télé constitue de toute façon une manière d'entrée en campagne avec déclinaison d'un projet", relève un cadre de la majorité, "mais je doute qu'elle inverse la tendance. Cette élection est mal partie".
 

Première publication : 29/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Compétitivité, impôts, logement...: les principales annonces de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le pari politique et économique de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)