Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

Moyen-orient

Primaire au Likoud : "La réélection de Netanyahou ne fait guère de doutes"

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 31/01/2012

Le Likoud (droite, au pouvoir) désigne son leader. Un scrutin que le Premier ministre devrait remporter, malgré les divisions suscitées par sa politique dans son parti. Décryptage avec Emmanuel Navon, professeur de relations internationales.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, est candidat à sa propre succession à la tête du parti Likoud (droite) lors de la primaire qui l'opposera, ce mardi 31 janvier, à Moshé Feiglin, son unique adversaire. Si la victoire de "Bibi" semble assurée, les analystes prédisent une faible mobilisation en sa faveur, ce qui serait le signe d’un fort mécontentement à son encontre.

Membre du Likoud et professeur de relations internationales à l’université de Tel Aviv, Emmanuel Navon revient sur les enjeux d'un scrutin anticipé que l'actuel chef du gouvernement a peu de chances de perdre.


FRANCE 24 - Quels sont les enjeux de cette primaire ?

Emmanuel Navon - Il s’agit d’une élection en trompe-l’œil dans la mesure où elle a été avancée de façon artificielle par Benjamin Netanyahou dans le but de prendre ses adversaires de court et ainsi s’assurer la victoire. En général, la primaire se déroule un mois avant les élections législatives, dont les prochaines doivent avoir lieu au plus tard en octobre 2013.

La réélection de Netanyahou à la tête du Likoud ne fait peu de doutes [il dirige le parti depuis 2005]. L’inconnue du scrutin, ce sont les scores. L’actuel Premier ministre espère obtenir au moins 75 % des voix. S’il récolte moins de suffrages, cela sera considéré comme un vote sanction et interprété comme une remise en cause de son autorité.

F24 - Quels sont les principaux reproches formulés par les détracteurs de Netanyahou au sein du Likoud ?

E. N. - Le mécontentement envers la politique de Netanyahou ne concerne que l’aile droite du parti. Plusieurs choses lui sont reprochées. Tout d’abord, le discours de Bar-Ilan, en 2009, au cours duquel il avait soutenu l'idée d'une solution à deux États pour sortir du conflit israélo- palestinien. Ensuite, sa position par rapport à la colonisation en Cisjordanie [Netanyahou s’est dit prêt à voter pour un plan américain en faveur d’un nouveau gel de la colonisation].

Autre élément à charge : sa coopération étroite avec le ministre de la Défense, Ehoud Barak, qui mène une politique de gel de la colonisation de facto. Sa frilosité sur la question de l’autorisation rétroactive des avant-postes non approuvés par le gouvernement est également en cause [certains membres du Likoud souhaitent la promulgation d’une loi qui empêcherait la démolition d'habitations israéliennes implantées sur des terres privées]. Enfin, le Premier ministre n’a pas entrepris la réforme, souhaitée par la droite, de nomination des juges.

F24 - Après la primaire, la tenue des élections législatives, prévues en 2013, risque-t-elle d’être avancée ?

E. N. - Selon moi, cela dépendra de l’élection présidentielle américaine. La stratégie de Netanyahou, c’est d’éviter d’avoir contre lui un Obama réélu qui favoriserait un candidat de gauche.


F24 - Quel impact sur la situation dans la région pourrait avoir la reconduction de Netanyahou à la tête du Likoud ?

E. N. - Aujourd’hui, le sujet brûlant est l’Iran. Une forte majorité en sa faveur permettrait à Netanyahou de bénéficier d’un certain calme électoral au sein de son parti et de se concentrer sur le dossier iranien pour, peut-être, mûrir une action militaire contre Téhéran.

 

Première publication : 30/01/2012

  • ISRAËL

    L'ancien Premier ministre Ehoud Olmert inculpé de corruption

    En savoir plus

  • ISRAËL - TERRITOIRES PALESTINIENS

    Nouvelle attaque d'extrémistes juifs contre une mosquée

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël libère 550 prisonniers palestiniens, dont Salah Hamouri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)