Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

La presse allemande s’amuse des ambitions “à la Schröder” de Nicolas Sarkozy

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/01/2012

Le chef de l'État, Nicolas Sarkozy, a longuement vanté dimanche l'économie allemande dont il veut s’inspirer. Mais la presse outre-Rhin rappelle que ce modèle adopté par Gerhard Schroeder en 2004 lui avait coûté sa réélection.

La déclaration d’amour au modèle économique allemand, prononcée à la télévision dimanche par le président Nicolas Sarkozy, n’est pas passée inaperçue outre-Rhin. Le quotidien économique Handelsblatt évoque même “la romance allemande de Monsieur Sarkozy” qui consiste essentiellement, pour ce journal, à augmenter la TVA et allonger le temps de travail dans l’espoir de rendre les entreprises françaises plus compétitives.

La TVA passera à 21,2% le 1er octobre

Le taux normal de TVA augmentera au 1er octobre de 1,6 point, passant de 19,6% à 21,2%, et la CSG sur les revenus financiers sera relevée de deux points, afin de compenser 13 milliards d'euros de baisses de charges patronales, a annoncé le président Nicolas Sarkozy.
              
Les entreprises bénéficieront d'une exonération totale des charges familiales patronales sur les salaires compris entre 1,6 et 2,1 fois le Smic, a-t-il dit lors d'une interview diffusée sur plusieurs chaînes de télévision. Ces allègements de charges seront ensuite dégressifs, et s'arrêteront au-delà de 2,4 fois le Smic, a-t-il ajouté.

 

Car pour les médias allemands, l’objectif poursuivi par Nicolas Sarkozy avec ses nouvelles mesures est d’agir “à la Schröder”, note l’Abendblatt, principal quotidien de Hambourg. Le chancelier social-démocrate allemand avait fait adopter en 2004, à un an de la fin de son second mandat, un vaste plan de réformes du marché du travail. Résultat, comme le rappelle lundi le quotidien de centre-gauche allemand, la Sueddeutsche Zeitung : “l’Allemagne est devenue une formidable machine à exporter”. Mais “les conséquences sociales de ces réformes ont coûté l’élection de 2005 aux sociaux-démocrates”, rappelle le journal munichois en guise d’avertissement à Nicolas Sarkozy et à la droite française, à trois mois de la présidentielle en France.

Outre l'hommage à Gerhard Schröder, le paquet de nouvelles mesures annoncées par le président “ressemble plus à un feu d’artifices de dernière minute” qu’à un ensemble cohérent de réformes du marché du travail à la hauteur de l’agenda de l’ex-chancelier, estime le quotidien du centre Die Welt. Le journal qualifie ainsi de “curieux”, dans ce contexte, la proposition d’augmenter de 30 % les superficies constructibles pour doper le marché du logement. Die Welt se demande ironiquement si Nicolas Sarkozy espère créer de l’emploi dans le secteur de l’immobilier “en construisant un étage supplémentaire à la Tour Eiffel”.

La Taxe “Robin des bois”

La taxe sur les transactions financières applicable en août

La taxe sur les transactions financières sera de 0,1% sur les titres de toutes les entreprises cotées en France, même si l’achat est effectué hors de France, a annoncé Nicolas Sarkozy.

Les CDS seront également taxés, ainsi que "les achats spéculatifs par ordinateur", a ajouté le président français lors d’un entretien télévisé, sans plus de précision.

La taxe entrera en vigueur au mois d’août de cette année et son produit pour l’Etat est attendu à un milliard d’euros en année pleine, ce qui permettra de réduire le déficit.

Mais la principale cible des piques médiatiques allemandes est bien la décision du président français de faire cavalier seul et d’instaurer la fameuse taxe sur les transactions financières avant l’été 2012. Pour l’édition allemande du Financial Times, cette taxe de 0,1 % sur certaines opérations financières dénoncées comme spéculatives est le véritable coup d’envoi de la “course à la réélection de Nicolas Sarkozy”. Le quotidien économique juge, en effet, que c’est la réponse du président français au candidat socialiste François Hollande qui avait désigné “le monde de la finance” comme son adversaire.

Cette proposition de taxe sur les transactions financières n'a d'ailleurs pas fait réagir que les Allemands. En Grande-Bretagne, où David Cameron avait qualifié cette mesure vendredi de “folie pure et simple”. Le tabloïd populaire britannique Daily Mail a regretté, ce lundi, que le président français s’oppose ainsi sur cette question au Premier ministre conservateur et a jugé que ce n’était, au final, qu’une attaque de plus de Nicolas Sarkozy contre le modèle économique britannique.

 

Première publication : 30/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    La hausse de la TVA annoncée par Sarkozy divise la classe politique

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Compétitivité, impôts, logement...: les principales annonces de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)