Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

Economie

Le commerce en ligne défie la crise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2012

Plus de 30 millions de Français ont acheté au moins une fois sur l'Internet en 2011, a annoncé lundi la Fédération française du e-commerce. Les ventes en ligne ont progressé de 22 % sur l'année pour atteindre 37,7 milliards d'euros dépensés.

 AFP - Les ventes en ligne ont progressé de 22% l'an passé en France, à 37,7 milliards d'euros, tirées par un bond des transactions et quelque 3 millions de consommateurs hexagonaux supplémentaires sur internet, a annoncé lundi la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

En 2011, plus de 30 millions de Français --soit 60% des internautes-- ont acheté au moins une fois sur internet, soit une hausse de 11% par rapport à 2010, a précisé la Fevad dans un communiqué.

Après une croissance de 25% en 2010, le chiffre d'affaires en ligne a maintenu le cap avec une progression de 22%, malgré le coup de frein de la consommation observé par ailleurs.

A 37,7 milliards d'euros (contre 31 milliards en 2010), les ventes ont été supérieures aux prévisions de la Fevad, qui tablait sur 37 milliards en novembre, avant les cruciales emplettes de fin d'année. Celles-ci ont atteint 7,6 milliards (+21%).

Pour 2012, la Fevad anticipe une croissance de l'e-commerce de 20% à 45,2 milliards d'euros, a précisé lors d'une conférence de presse Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Puis les ventes en ligne devraient totaliser 53,6 milliards d'euros en 2013, 62,7 milliards d'euros en 2014 et 72 milliards d'euros en 2015, a-t-il détaillé.

L'année dernière, quelque 420 millions de transactions ont été enregistrées, contre 340 millions en 2010 (+24%), soit 14 achats par an et par acheteur, pour une dépense moyenne de 1.250 euros par consommateur, a précisé la Fevad.

Seul bémol, le panier moyen a continué à reculer, à 90 euros par achat contre 91 en 2010, atteignant même son plus bas niveau depuis 2006 au moment des fêtes de Noël, à 86 euros.

Les grands sites ont enregistré une croissance plus faible que la tendance générale, avec une progression de 11% (avec un ralentissement à 9% au second semestre après 13% au premier).

Malgré cela, les ventes sur internet détonnent face à la morosité de la consommation en France l'an passé, la consommation des ménages ayant reculé de 3,5% et 2,4% respectivement aux troisième et quatrième trimestre 2011. Sur l'année, le commerce de détail a encaissé un recul de 0,2%.

Si les statistiques de la Fevad dessinent le portrait d'e-consommateurs toujours plus nombreux, aux achats plus fréquents mais moins onéreux, l'e-commerce se développe également côté professionnels: la barre des 100.000 sites marchands a été franchie pour la première fois l'an passé.

Quelque 100.400 sites actifs ont été recensés en France en 2011, soit 18.000 de plus qu'en 2010.

Au quatrième trimestre, Amazon était le site d'e-commerce le plus visité, avec près de 13,0 millions de visiteurs uniques par mois, devant la Fnac (9,7 millions), eBay (9,4 millions) et PriceMinister (9,3 millions).

Première publication : 30/01/2012

  • INTERNET

    La vente de Skype fait les affaires d'eBay

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les entreprises craignent que la libéralisation des noms de domaines ne favorise le "cybersquatt"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le prince saoudien mordu de bling-bling technologique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)