Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un rapport secret de l'Otan accuse le Pakistan de soutenir les Taliban

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2012

Le tout puissant service de renseignements pakistanais, l'ISI, apporterait un soutien secret mais décisif aux Taliban afghans, selon un rapport secret de l'Otan dévoilé mercredi par la presse britannique.

AFP - Les services secrets pakistanais (ISI) sont accusés de soutenir les talibans afghans dans un rapport secret de l'Otan paru mercredi dans la presse, le jour où la ministre des Affaires étrangères pakistanaise est à Kaboul où les deux pays voisins tentent de se réconcilier.

Face à la colère d'Islamabad, la force de l'Otan en Afghanistan (Fias/Isaf) a cependant immédiatement relativisé la portée de son rapport en assurant qu'il ne faisait que compiler des témoignages de talibans et ne tirait en aucun cas de conclusions.

Les officiers de l'ISI "soutiennent la nécessité de poursuivre le jihad et l'expulsion des envahisseurs étrangers d'Afghanistan", lit-on pourtant dans ce rapport de l'Otan sur "l'état des talibans", dont la publication par des médias britanniques risque de gêner la visite de la chef de la diplomatie pakistanaise.

Le Pakistan et l'ISI connaissent les lieux de résidence des plus hauts dirigeants talibans, d'après ce texte, qui, selon la BBC, est le fruit de 27.000 interrogatoires de plus de 4.000 prisonniers talibans et membres d'Al-Qaïda et de combattants et civils étrangers.

Islamabad a réagi avec colère à ces révélations. Abdul Basit, le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, a qualifié de "futiles" ces accusations".

"Nous menons une politique de non interférence en Afghanistan", a-t-il déclaré à l'AFP. Le Pakistan, qui "a énormément souffert du long conflit afghan", soutient "le processus de réconciliation en Afghanistan mené par les Afghans" car il est "dans l'intérêt (pakistanais) d'avoir un Afghanistan stable et en paix", a-t-il ajouté.

Face au courroux d'Islamabad, l'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan, composée essentiellement de soldats américains, a voulu tempérer. Le rapport n'est qu'une "compilation d'opinions et d'idées de détenus talibans" et il ne faut "surtout pas tirer de conclusions basées sur les commentaires des talibans", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Jimmie Cummings, porte-parole de l'Isaf. "Clairement, il ne doit pas être utilisé comme une interprétation des progrès de la campagne" militaire, a-t-il poursuivi.

Selon le texte, la "force", la "motivation", le "financement" et la "capacité" des talibans "restent intacts", malgré "des coups sévères en 2011", et "beaucoup d'Afghans", y compris au sein du gouvernement, "se préparent à un éventuel retour des talibans".

La ministre des Affaires étrangères pakistanaises Hina Rabbani Khar devait rencontrer le président afghan Hamid Karzaï. Cette visite marque "une nouvelle phase dans les relations de coopération entre les deux pays", d'après la diplomatie afghane.

Kaboul soupçonne ouvertement le Pakistan de soutenir les talibans afghans, qui entretiennent des bases arrières dans les zones tribales frontalières et dont le commandement suprême, dirigé par le mollah Omar, est réputé être hébergé dans la région de Quetta, dans le sud-est du Pakistan.

En septembre, Afghanistan et Pakistan avaient cessé toute discussion après qu'un kamikaze pakistanais eût assassiné l'ex-président afghan Burhanuddin Rabbani, nommé par M. Karzaï pour mener les négociations avec les talibans.

Le Pakistan, qui partage avec l'Afghanistan une très poreuse frontière de plus de 2.500 km, a reconnu et soutenu le régime des talibans au pouvoir entre 1996 et 2001.

Chassés du pouvoir en quelques semaines à la fin 2001 par une coalition militaire internationale menée par les Etats-Unis, les talibans ont peu à peu regagné du terrain à partir de 2005, jusqu'à mener leur guérilla dans les deux tiers du pays aujourd'hui.

Ces dernières années, le Pakistan, officiellement allié aux Etats-Unis, a été régulièrement accusé par Kaboul et ses partenaires de l'Otan de jouer un double jeu et de soutenir au moins une partie des rebelles, notamment pour se ménager une "profondeur stratégique" en Afghanistan et y lutter contre l'influence de l'Inde, son rival héréditaire.

Les talibans ont accepté début janvier d'ouvrir un bureau de représentation au Qatar pour négocier directement avec les Etats-Unis. Mais, le gouvernement de M. Karzaï et le Pakistan, qui se sentent exclus de ce processus de paix, tenteraient ensemble, selon les indiscrétions d'un diplomate afghan et d'un responsable taliban, d'ouvrir un canal de négociation concurrent en Arabie Saoudite.
 

Première publication : 01/02/2012

  • FRANCE

    Un juge d'instruction va enquêter sur la mort des dix soldats en Afghanistan en 2008

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le retrait anticipé des troupes françaises est une "erreur grossière" selon les experts afghans

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Islamabad refuse la visite du représentant spécial américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)