Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Moyen-orient

Le régime intensifie sa répression dans la province de Damas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2012

Au moins 59 personnes ont été tuées, ce mercredi en Syrie, par des tirs des forces de sécurité. Ces derniers jours, le régime a intensifié la répression. C'est dans la région de la capitale, Damas, que le bilan est le plus lourd.

AFP - Les puissances occidentales et la Ligue arabe se heurtent à l'intransigeance de la Russie qui a prévenu qu'elle mettrait son veto à toute résolution de l'ONU pour mettre fin aux violences en Syrie qui ont fait mercredi au moins 59 morts.
              


"Nous n'autoriserons aucun texte que nous considèrerons comme erroné et qui conduirait à une aggravation du conflit. Nous ne permettrons pas son adoption", a affirmé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, selon les agences de presse russes.
              
Cependant, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a dit mercredi avoir noté, "pour la première fois", l'attitude "moins négative de la Russie" au cours de la réunion la veille à New York du Conseil de sécurité, laissant entrevoir un espoir d'adopter une résolution soutenant le plan de sortie de crise de la Ligue arabe.
              
Il a précisé qu'il y aurait "peut-être un vote dans le courant de la semaine prochaine" au Conseil de sécurité sur ce projet de résolution.
              
Les ambassadeurs des pays membres du Conseil devaient se réunir dans l'après-midi à New York pour poursuivre leurs difficiles tractations, selon des diplomates.
              
A la réunion mardi, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont plaidé pour une adoption de ce texte qui reprend un plan arabe appelant au départ du président Bachar al-Assad et à des élections libres.
              
Mais, en dépit de la recrudescence des violences qui ont fait au moins 400 morts en une semaine et des pressions qui s'intensifient sur Damas, le régime syrien, et son allié russe, restent sourds aux appels.
              
Selon les analystes, la crise en Syrie s'est muée en conflit armé entre une "guérilla" forte de milliers de déserteurs et un régime déterminé à mater la révolte, éclipsant les images des manifestations pacifiques des premiers mois de la contestation.
              
D'après les militants, la campagne de répression est la plus violente depuis le début de la révolte en mars 2011. Au moins 59 personnes, dont 38 civils, sont mortes mercredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
              


Le bilan le plus lourd a été établi dans la province de Damas, avec 24 civils tués, dont une enfant de trois ans, par des tirs des forces de l'ordre. Quinze soldats ont péri à Homs (centre) dans des combats avec des déserteurs, dont six ont été tués près de la capitale, selon l'OSDH.
              
Les combats entre armée et dissidents font rage dans les provinces d'Idleb, d'Homs et de Damas. L'Armée syrienne libre (ASL), fer de lance de "l'opposition armée", ose depuis quelques jours des attaques aux portes de Damas.
              
L'OSDH a fait par ailleurs état d'une cinquantaine de défections pour la seule journée de mercredi.
              
Le ministre français Alain Juppé a dressé un bilan de la répression depuis le début de la crise. "6.000 morts aujourd'hui, selon l'Unicef 384 enfants massacrés par le régime, 15.000 prisonniers, 15.000 réfugiés", a-t-il dit.
              
L'OSDH évalue se son côté à au moins 6.680 personnes, dont 4.755 civils, le nombre des morts depuis le début de la révolte en mars 2011.
              
Catherine Ashton, le chef de la diplomatie de l'UE, a exhorté les membres du Conseil de sécurité à "agir sans plus tarder" pour mettre fin aux violences.
              
"Je suis horrifiée par la situation en Syrie, où le régime poursuit son impitoyable et scandaleuse campagne de répression contre le peuple syrien", a-t-elle affirmé dans un communiqué.
              
Le Premier ministre du Qatar, Hamed ben Jassem al-Thani, avait demandé mardi à l'ONU d'agir pour stopper la "machine à tuer" du régime syrien et mettre fin à une "tragédie humanitaire".
              
Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent se réunir le 11 février au Caire pour examiner l'avenir de la mission d'observation de la Ligue en Syrie, suspendue le 28 janvier en raison de la poursuite des violences, a annoncé un responsable de cette organisation. Cette réunion était initialement prévue pour le 5 février.
              
Du côté des militants, la frustration se fait de plus en plus sentir.
              
"Depuis des mois, le peuple syrien fait face pacifiquement à un régime des plus violents dans la région, et jusqu'à ce jour le monde arabe et les Occidentaux sont incapables de prendre une décision qui contribue à faire cesser la spirale de violence", ont écrit les Comités locaux de coordination (LCC) qui organisent la mobilisation sur le terrain.
              
L'opposition syrienne a appelé à manifester massivement les deux prochains jours dans l'ensemble du pays pour marquer le 30e anniversaire du massacre de Hama (centre) commis par le régime en 1982 et qui avait fait des dizaines de milliers de morts.


 

Première publication : 01/02/2012

  • SYRIE

    Moscou déterminé à ne pas accepter une résolution de l'ONU contre la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE - EXCLUSIF

    Reportage à Binich aux côtés de l'Armée syrienne libre

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Russie, bouclier diplomatique du régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)