Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : Olympique Lyonnais - Paris Saint-Germain en direct

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Moyen-orient

Le régime intensifie sa répression dans la province de Damas

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2012

Au moins 59 personnes ont été tuées, ce mercredi en Syrie, par des tirs des forces de sécurité. Ces derniers jours, le régime a intensifié la répression. C'est dans la région de la capitale, Damas, que le bilan est le plus lourd.

AFP - Les puissances occidentales et la Ligue arabe se heurtent à l'intransigeance de la Russie qui a prévenu qu'elle mettrait son veto à toute résolution de l'ONU pour mettre fin aux violences en Syrie qui ont fait mercredi au moins 59 morts.
              


"Nous n'autoriserons aucun texte que nous considèrerons comme erroné et qui conduirait à une aggravation du conflit. Nous ne permettrons pas son adoption", a affirmé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, selon les agences de presse russes.
              
Cependant, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a dit mercredi avoir noté, "pour la première fois", l'attitude "moins négative de la Russie" au cours de la réunion la veille à New York du Conseil de sécurité, laissant entrevoir un espoir d'adopter une résolution soutenant le plan de sortie de crise de la Ligue arabe.
              
Il a précisé qu'il y aurait "peut-être un vote dans le courant de la semaine prochaine" au Conseil de sécurité sur ce projet de résolution.
              
Les ambassadeurs des pays membres du Conseil devaient se réunir dans l'après-midi à New York pour poursuivre leurs difficiles tractations, selon des diplomates.
              
A la réunion mardi, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont plaidé pour une adoption de ce texte qui reprend un plan arabe appelant au départ du président Bachar al-Assad et à des élections libres.
              
Mais, en dépit de la recrudescence des violences qui ont fait au moins 400 morts en une semaine et des pressions qui s'intensifient sur Damas, le régime syrien, et son allié russe, restent sourds aux appels.
              
Selon les analystes, la crise en Syrie s'est muée en conflit armé entre une "guérilla" forte de milliers de déserteurs et un régime déterminé à mater la révolte, éclipsant les images des manifestations pacifiques des premiers mois de la contestation.
              
D'après les militants, la campagne de répression est la plus violente depuis le début de la révolte en mars 2011. Au moins 59 personnes, dont 38 civils, sont mortes mercredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
              


Le bilan le plus lourd a été établi dans la province de Damas, avec 24 civils tués, dont une enfant de trois ans, par des tirs des forces de l'ordre. Quinze soldats ont péri à Homs (centre) dans des combats avec des déserteurs, dont six ont été tués près de la capitale, selon l'OSDH.
              
Les combats entre armée et dissidents font rage dans les provinces d'Idleb, d'Homs et de Damas. L'Armée syrienne libre (ASL), fer de lance de "l'opposition armée", ose depuis quelques jours des attaques aux portes de Damas.
              
L'OSDH a fait par ailleurs état d'une cinquantaine de défections pour la seule journée de mercredi.
              
Le ministre français Alain Juppé a dressé un bilan de la répression depuis le début de la crise. "6.000 morts aujourd'hui, selon l'Unicef 384 enfants massacrés par le régime, 15.000 prisonniers, 15.000 réfugiés", a-t-il dit.
              
L'OSDH évalue se son côté à au moins 6.680 personnes, dont 4.755 civils, le nombre des morts depuis le début de la révolte en mars 2011.
              
Catherine Ashton, le chef de la diplomatie de l'UE, a exhorté les membres du Conseil de sécurité à "agir sans plus tarder" pour mettre fin aux violences.
              
"Je suis horrifiée par la situation en Syrie, où le régime poursuit son impitoyable et scandaleuse campagne de répression contre le peuple syrien", a-t-elle affirmé dans un communiqué.
              
Le Premier ministre du Qatar, Hamed ben Jassem al-Thani, avait demandé mardi à l'ONU d'agir pour stopper la "machine à tuer" du régime syrien et mettre fin à une "tragédie humanitaire".
              
Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent se réunir le 11 février au Caire pour examiner l'avenir de la mission d'observation de la Ligue en Syrie, suspendue le 28 janvier en raison de la poursuite des violences, a annoncé un responsable de cette organisation. Cette réunion était initialement prévue pour le 5 février.
              
Du côté des militants, la frustration se fait de plus en plus sentir.
              
"Depuis des mois, le peuple syrien fait face pacifiquement à un régime des plus violents dans la région, et jusqu'à ce jour le monde arabe et les Occidentaux sont incapables de prendre une décision qui contribue à faire cesser la spirale de violence", ont écrit les Comités locaux de coordination (LCC) qui organisent la mobilisation sur le terrain.
              
L'opposition syrienne a appelé à manifester massivement les deux prochains jours dans l'ensemble du pays pour marquer le 30e anniversaire du massacre de Hama (centre) commis par le régime en 1982 et qui avait fait des dizaines de milliers de morts.


 

Première publication : 01/02/2012

  • SYRIE

    Moscou déterminé à ne pas accepter une résolution de l'ONU contre la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE - EXCLUSIF

    Reportage à Binich aux côtés de l'Armée syrienne libre

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Russie, bouclier diplomatique du régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)